Confinement et injonctions : foutez-vous la paix

Stop aux injonctions : pendant le confinement, merci de vous foutre royalement la paix.

On entame la 4é semaine de ce confinement. Et depuis 4 semaines, on entend énormément de choses sur la meilleure façon de gérer son confinement : comment s’occuper, comment passer le temps, comment manger, comment faire du sport, comment dormir, comment ne pas stresser…

Confinement et injonctions

Moi-même, je donne mes conseils ici sur le blog, sur ma chaîne YouTube et mes réseaux sociaux. Notamment pour répondre à toutes les questions que vous m’envoyez chaque jour et pour vous aider à vivre le plus sereinement possible cette période. Loin de moi l’idée d’imposer de faire du sport et de bien manger à des personnes que cela n’intéressent pas. Confinement ou non, la culpabilisation n’a jamais été l’un de mes procédés.

En fait, je trouve que ces voix qui s’élèvent pour pointer du doigt ces “injonctions”, sont aussi culpabilisantes que les injonctions en elles-mêmes. Car finalement, quoi qu’on fasse, ça ne va jamais !!

Faire du sport, ne pas faire de sport, manger équilibré, manger trash, se lever tôt, faire la grasse mat, méditer, regarder Netflix, bouger, ne rien faire… 

STOP ! Qu’on se le dise une bonne fois pour toute : CHACUN FAIT CE QU’IL VEUT !

se foutre la paix, confinement et injonctions, bien-être

Survivre à sa manière

Isolement, peur pour ses proches, crise d’angoisse… Cette période de confinement n’est pas une partie de plaisir pour beaucoup de personnes. 

Chacun tente de réagir à sa façon. Si vous voulez vous enrouler sous votre couette devant Netflix avec des chips, c’est ok ! Et je le dis vraiment sans aucun jugement ou condescendance. Sincèrement, si votre moyen de survivre à ce confinement c’est de binge watcher des séries, dormir comme une marmotte et regarder les oiseaux par la fenêtre, personne n’a le droit de remettre ça en question. Pas moi, pas votre copain, ni des influenceurs ou journalistes… PERSONNE !

injonctions, dormir en confinement, stop pression extérieures

Chacun vit la situation à sa manière, et on a tout à fait le droit de déprimer, de ne pas avoir le courage de faire du sport ou de manger équilibré.

Sans jugement

… Mais c’est aussi ok de vouloir faire du sport ou de bien manger pour se sentir mieux. On a le droit de vouloir prendre soin de son corps et de son mental pour surmonter cette épreuve. Ne stigmatisons pas pour autant celles et ceux qui ont besoin de rester actifs pour ne pas tomber dans la déprime. En fait je trouve ça très moralisateur de dénigrer les personnes qui décident de se mettre au yoga pendant le confinement, qui font leur pain maison ou qui ont besoin de se défouler en faisant du sport chaque jour. Comme si faire du sport ou manger équilibré était quelque chose de très superficiel, déconnecté de la réalité, presque déplacé.

Laissez-vous en paix pendant le confinement

En plus, bouger en ce moment n’est pas forcément une réponse à la peur de prendre du poids, c’est tout simplement le seul moyen que beaucoup de personnes ont trouvé pour ne pas péter un câble en restant confiné à la maison !

Ecoutez-vous !

Bref, quoi que vous décidiez, faites-le pour vous, et vous seul. Dites-vous que ce n’est que temporaire et que tout ira mieux après. Donc peu importe votre stratégie pour survivre à tout ça, l’important c’est de vous foutre la paix. 

Merci.



31 commentaires à “Confinement et injonctions : foutez-vous la paix

  • Valérie

    Bonjour Lucille,
    Je profite de cet article pour revenir sur une de tes dernières vidéos You Tube “Comment éviter de prendre du poids pendant le confinement”. Je te suis depuis longtemps maintenant, ici même, sur IG et You Tube. J’ai suivi plusieurs de tes programmes, dont le rééquilibrage alimentaire et la détox au sucre qui m’ont, tous deux, apporté du bon (j’ai pris de très bonnes habitudes que j’ai gardé sur le long terme) et du mauvais (compensations vs restrictions – parce que oui, il y a des restrictions – à la limite du TCA). Je m’en sort tout doucement mais le chemin est long. Et pourtant, je te suis toujours. Il y a quelques temps, tu as publié une vidéo sur le jeûne intermittent, en la commençant par “si vous n’avez pas une relation saine avec la nourriture, passez votre chemin”. Je t’ai posé la question de ce qu’était cette “relation saine” qui, pour moi (et pour beaucoup de personnes), ne veut rien dire. Tu m’a répondu, “c’est quand on n’est pas obsédé par la nourriture 80% du temps”. Ok. Cela ne me parlait toujours pas mais soit, c’est une réponse. Aujourd’hui, dans cette situation inédite de confinement à la maison, chacun.e avec ses propres angoisses, tu sembles dire que c’est normal d’avoir envie de grignoter H24. J’en conclus donc que, cette situation inédite, nous en dit long sur la “relation saine” avec la nourriture de la majorité des gens. Qui a une “relation saine” avec la nourriture”? Qui, dans les personnes qui te suivent et suivent tes programmes, a une “relation saine” avec la nourriture? Je connais la réponse mais j’aimerais avoir la tienne. Merci et bon courage pour la suite!

    Répondre
    • Marie-Anaïs

      Bonjour!
      Je ne réponds pas à la place de Lucile mais pour moi.
      Je n’ai jamais suivi ses programmes mais en ai feuilleté un chez une amie et je n’ai pas ressenti d’impulsion à aller vers des TCA. Et pourtant, j’en ai eu plus jeune, il y a bientôt 20 ans…. c’est un sujet sur lequel je suis toujours vigilante.
      Je pense qu’il y’a d’une part le message qu’elle écrit, et il y a ton interprétation (par rapport à ton vécu, ton histoire,…)
      Lorsque j’ai fait un gros burn-out professionnel il y’a maintenant 6 ans, le psychiatre qui me suivait (et me suit toujours d’ailleurs) m’a dit qu’il ne faisait jamais de dossier de maladie professionnelle dans le cas des burn out car il y a une responsabilité partagée. D’une part l’employeur bien sûr qui a sans doute mal géré mais d’autre part l’employé qui, à travers sa vision, son prisme, vit une situation d’une certaine façon. Pour ma part, je sais que c’est une fragilité et que je l’aurais toujours, quelque soit l’entreprise. Aujourd’hui je suis à mon compte car c’est la situation qui me convient le mieux mais je sens bien que parfois je suis sur le fil, même quand c’est moi le chef.
      Bref, pour en revenir au sujet de l’alimentaire, c’est pareil. Il y a ton vécu et ce qui se passe autour de toi.
      Oui, 80% des gens se fichent de leur alimentation et sont sereins face à ça.
      Et il y’a les autres, qui sont fragiles et qui vont vivre particulièrement tout ce qui tourne autour de l’alimentation.
      Sans doute que tu en fais partie.
      Il faut juste l’accepter et, du coup, ne pas suivre de programmes Alimentaires parce que tu te mets toi même en situation de faiblesse et tu ne peux pas vraiment le reprocher aux autres en fait.
      Les programmes de Lucile conviennent à bcp de gens qui n’ont pas de troubles mais veulent juste réapprendre à manger.
      Et ça arrive à de nombreuses personnes, qui n’ont pas de troubles alimentaires.
      Quant au grignotage, c’est « humain » de vouloir se remplir quand on est stressés. Ce sont les signaux du cerveau. Cependant ce n’est pas le cas de tout le monde. Perso le confinement ne me donne absolument pas envie de grignoter 😊 Lucile disait ça pour décomplexer les gens aussi d’avoir envie !
      Prends soin de toi !

      Bonne continuation !

    • Aurelie

      Ne pas avoir de balance. Monter dessus chez le médecin sans crainte particulière. Penser à la nourriture quand on a faim. Manger ce qu’on a envie sur le moment (desfois c’est une grosse salade pleine de couleur, des fois c’est une part de brownie, desfois c’est un plat de pâte recouvert de parmesan…) sans aucune considération pour la diététique, parce qu’on sait qu’on est naturellement attiré par une alimentation qui sera au finale équilibrée. Ne plus y penser quand on a plus faim. Aimer son corps même s’il ne correspond pas aux canons. Faire du sport par plaisir et non pour se « modeler ». Telle est pour moi ma relation saine a la nourriture. Il n’en a pas toujours été ainsi (pesee pluri hebdomadaire avec angoisse à chaque fois, décompte des calories, grignotages « healthy «  alors que j’avais envie d’autre chose, craquage et culpabilité, stratégies compliquées (alors je mange 1 pomme avant d’aller à la soirée pour pas avoir trop faim, j’évite les aperos, je bois beaucoup d’eau, je ne me sers qu’une fois, je prend une part de dessert mais pas le plus calorique…). Je ne saurais dire comment mon attitude a changé, ça s’est fait tout seul. Il me semble que le déclic a été un jour de me dire que mon corps était très bien comme ça et que je ne monterai plus jamais sur une balance (chose que j’ai faite pendant un temps et maintenant que je suis sereine pas de problème chez le médecin: d’ailleurs quand je monte mon poids n’a jamais été aussi bas, donc pour maigrir, ne pas chercher à maigrir… oui galère hein!)

    • Lucile Woodward

      Wahou merci pour ce témoignage ! C’est clairement vrai ce que tu dis Aurélie. Zero prise de tête

  • jocelyne

    mais Bonjour, si je me permet de vous envoyer ce message , je regarde votre émission qu en j ai le temps très bien , mais parfois je ne suis pas d accord avec vous sur certain mouvement , car il y a des positions que lorsque vous avez été opérer du col du femeur , vous n avez plus le droit de le faire , oui je pratique le yoga depuis très longtemps, alors avant de lancer vos mouvements , ayez la gentillesse de prévenir les gens si ils présentent , contre indication je ne vous en veux pas au contraire , très bien ce que vous faites pendant notre confinement , je vous souhaite une bonne journée , et pardon pour ce petit message merci

    Répondre
    • Lucile Woodward

      Bonjour, je comprends tout à fait. Et effectivement avant de vous lancer dans l’un de mes programmes de sport ou autres exercices en vidéo sur ma chaîne ou à la TV, je vous recommande vivement de demander l’avis de votre médecin. Mes conseils ne peuvent se substituer à un avis médical. Et ne connaissant pas vos antécédents médicaux, je ne peux vous garantir que les exercices proposés seront adaptés à votre situation. Bonne journée

  • Lucie

    Merci encore Lucile pour cet article et tout ce que tu mets en place et véhicule comme message pour “adoucir” ce confinement. Mon compagnon est de la team à binge watcher des séries, vouloir manger de la glace et jouer aux jeux vidéos quand il de télé-travaille pas. Pour ma part je suit encore et encore les vidéos de ton programme “Yoga débutant”, je cuisine encore plus qu’avant et je quotidiennement. Aucun jugement, chacun à notre manière nous tentons de gérer nos émotions qu’occasionnent cette situation inédite, tout en partageant notre première expérience de vie ensemble (et je ressens énormément de gratitude à être confiné avec le meilleur des partenaires). Je le surprends parfois à me suivre pendant une séance de yoga ou à me détendre devant un bon film avec un pot de Ben&Jerry’s à la main. J’apprends à appuyer sur le “bouton pause”. Donc je voulais encore te dire merci, merci de ne pas contribuer à cette déferlante de messages culpabilisant sur les médias, merci de nous soutenir chaque jour pour qu’on continue à prendre soin de notre corps et notre esprit et merci pour ta bienveillance et ton expertise transmises à travers tes contenus :).

    Répondre
  • Muriel

    Ah merci Lucile ! Ras le bol des leçons de morale !
    J’ai passé les 3 premières semaines de confinement à chercher comment j’allais me positionner, à tâtonner pour trouver mon mode opératoire devant cette situation, totalement contre-nature pour moi qui suis toujours en mouvement.
    Finalement, j’ai décidé que j’allais prendre le temps d’analyser comment je mange, comment je bouge, comment je vis, de me documenter pour prendre soin de moi – ce que je ne fais pas souvent – 3 enfants, 1 job temps plein -, etc. Et finalement, le confinement est en train de devenir un espace pour prendre le temps de faire ce que je ne fais jamais ! Et si pour certains c’est netflix-nutella, grand bien leur fasse, la finalité est la même : profitons-en pour faire ce que nous ne prenons jamais le temps de faire !

    Répondre

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *