Fracture de fatigue, ce que j’apprends et ce qui va changer, ou pas !

Un grand merci pour tous vos messages suite à mon annonce du diagnostic de fracture de fatigue mercredi. Vous vous en doutez, il y a beaucoup de frustration… Mais comme à chaque épreuve, j’essaye d’en tirer des leçons pour revenir toujours plus forte ! 

Ma douleur au pied droit est en réalité une fracture de fatigue.

En vrai, je m’en doutais mais je retardais au maximum la radio histoire de voir si ça allait quand même passer… Cela faisait 2 – 3 semaines que je me sentais ultra fatiguée. J’avais demandé à mon médecin de me prescrire une analyse de sang mais tout était normal… 

J’avais quand même décidé de faire 4 jours de pause en fin de semaine dernière, pour retrouver du jus. Et puis finalement, voilà. Le diagnostic est posé : il s’agit d’une fracture de fatigue. 

Ce sont 4 semaines reposantes qui m’attendent : 

À la place :

  • De la natation ;
  • Du vélo cool ;
  • De la marche cool ;
  • Du renfo au sol, sans appui sur pied.

Je prends cette pause avec résignation.

Mon médecin du sport m’a un peu remonté les bretelles. En m’expliquant qu’avec mes entraînements un peu plus intenses, il fallait que j’intègre plus de récupération.

C’est-à-dire : rester allongée, faire la sieste, se faire masser, ne rien faire…

Et pas : randonnée le dimanche après midi avec les enfants, les accompagner 1h30 debout à leur match de foot, visiter un musée, porter les courses du marché, filmer 3 vidéos Youtube, tester un cours de Yoga … Ou en tout cas, quand je fais tout ça : les prendre en compte comme de l’entraînement.

C’est vrai que la récupération est ultra difficile à prendre quand on a déjà pris du temps pour soi en faisant son sport. 

Alors passée la déception folle à l’annonce … Je prends cette pause avec résignation. Une pause sportive. Une pause dans ce que j’aime le plus : le sport pour moi, pour mes petits défis, mes petits kiffes personnels. Et à me dire que pour les prochains mois, il va falloir faire :

  • Moins d’intense ;
  • Plus de récupération.

J’ai de l’énergie, j’en ai toujours.

fracture de fatigue sport

Dans vos messages, certains d’entre vous me suggèrent de comprendre pourquoi j’ai toujours envie de plus, plus de sport, plus de challenge. Et l’une de vous me raconte avoir eu cette prise de conscience de la peur de vieillir, peur d’avancer dans la vie, peur de la diminution des performances… Ça m’a fait réfléchir. Mais non je ne me sens pas tant concernée.

En fait, ça fait partie de moi. Je bouillonne d’énergie j’ai ça dans le sang. Il y’a quelques années j’avais réalisé un test psychotechnique de RH, et j’ai obtenu un score de dingue en énergie. J’ai de l’énergie, j’en ai toujours. C’est mon caractère. Je ne vais pas me changer. C’est ce qui définit ma personnalité. 

Ensuite : je ne suis pas dans la performance. J’ai bien compris que je ne ferai jamais de podium, de temps, de chrono ou quoi. C’est plus pour moi, pour voir comment je peux m’améliorer, moi !

  • Dans ma technique ;
  • Dans mon mental ;
  • Dans mon cardio.

D’ailleurs cette blessure je la prends plus comme le combo : faille technique + défaut de récup. Je n’arrive pas à courir légère et facile. Toujours pas. Pas assez. 

Trouver comment s’échapper différemment.

Mais au fond, ce qui me chagrine le plus, c’est de devoir me mettre encore un peu de côté. Pour laisser passer devant la famille, le travail, le quotidien. Oui j’aime ma famille, mon travail, mon quotidien. Vraiment !! Mais j’ai aussi besoin de cet échappatoire. 

Échapper à quoi ?? À ces responsabilités. Oui. Je n’ai pas peur de le dire. Être mère de famille, chef d’entreprise, coach de dizaines de milliers de gens… Ce sont des grosses responsabilités. Et quand je cours, nage ou quand je fais des aventures de surf, de swimrun ou autre… Je me retrouve comme une gosse. Enfant libre. Je joue plus que je ne bouge. J’ai besoin de m’amuser pour me régénérer. Ça me plait, c’est fun. Et ça m’aide à rester à fond dans le reste : mon travail, ma famille, mon quotidien. 

Donc moins d’échappatoire ces prochaines semaines. Ou plutôt trouver comment s’échapper différemment.

  • Le yoga : j’en fais, j’aime et il faut que j’en fasse un peu plus. Troquer un run contre un yoga ? Faisable.
  • La méditation : j’en fais, j’aime. J’avoue que j’ai un peu laissé cette pratique de côté dernièrement. À reprendre. Recommencer. Encore et encore.

Donc oui j’aime le yoga et la méditation et les sports doux. Pas de soucis pour en faire plus. Mais ce que j’aime par dessus tout c’est la folle aventure d’un challenge sportif intense. C’est comme ça. Ça fait partie de moi. Et j’ai surtout envie de me projeter sur le long terme dans ce genre d’aventure. Dans 10 – 20 – 30 ans, je veux être encore capable d’aller skier, surfer, swimrunner ou quoi ou qu’est-ce, sans limitation.

surf lucile

Non, je ne vais pas tout arrêter.

Alors oui, je vais être hyper raisonnable, bien guérir mon pied et me reposer. Mais non, je ne vais pas tout arrêter :

  • Le running ;
  • Les stages de swimrun avec des fous ;
  • Le défi d’Elle avec du ski de fond (haha) ;
  • Le surf ;
  • Les cours de crossfit de temps en temps ;
  • Des tests de cours et de coach à droite et à gauche

Je vais continuer. Et jusqu’à 80 ans minimum. Donc s’il faut intégrer plus de récup, moins d’intensité, trouver le rythme qui me convient : OK.

Mais non, je ne vais pas me résigner. Jamais. Et non, ce n’est pas parce que j’ai peur de vieillir ou pas envie d’accepter quoi que ce soit.  Je suis en phase avec ma vie, avec mon intensité, avec mon âge.

Je n’arrive juste pas à me reposer assez. Je vais trouver. J’en ai vu d’autres des blessures. Notamment avec mon ligament croisé en 2016. Et je suis revenue plus forte. Vraiment.

Ce que je retiens

Ce que je retiens, c’est qu’il faut que je prenne moins de dossard ultra en avance. Parce qu’au final le stage de Swimrun en Croatie, je l’ai décidé 3 semaines avant le départ et ça s’est hyper bien passé. Le défi d’Elle à Chamonix, pareil : un peu à l’arrache et j’étais en forme.

Donc plus de spontanéité dans ces aventures.

Et une bonne régularité dans mes entraînements. Sans objectif. Juste être prête à saisir l’aventure comme elle vient. 

Merci de m’avoir lue jusqu’ici. Je n’ai pas dit mon dernier mot avec le sport d’endurance. Avec mes kiffes. Avec cette triple vie de maman, entrepreneur et sportive de mon-niveau. Vivement cet hiver !! 

13 commentaires à “Fracture de fatigue, ce que j’apprends et ce qui va changer, ou pas !

  • claudine coudal

    Bonsoir Lucille et merci pour votre message. Votre énergie se voit à travers vos vidéos. J’ai toujours aimé bouger, faire du sport et je crois que j’aime aussi les défis. Dernièrement j’ai passé et réussi mon 3ème dan de karaté, puis après une petite blessure au pied, je me suis forcée à mettre au repos mon pied pendant 1 mois (mais en faisant des séances de sport quand même chez moi du style : yoga, pilates ou séances sans impact – des vidéos sur votre site) et en août, j’ai décidé de prendre un coach personnel pour tester mon pied et me préparer pour mon trek en Islande. J’ai fait jusqu’à 3 séances par semaine en plein air (renfo, cardio..), j’ai parfois détesté le coach tellement c’était dur mais mon pied a tenu bon et j’étais contente de rentrer chez moi toute rouge et en sueur. Et puis début septembre, défi avec un trek en Islande : magique, exceptionnel. Je suis rentrée hier soir très fatiguée mais heureuse, super fière et la tête dans les nuages. Prochain défi : faire un autre trek avec un niveau un peu plus élevé.. Vos vidéos vont m’être très utiles… Bon rétablissement. Votre prochain défi est tout trouvé : se mettre aux sports doux le temps de la guérison 😉

    Répondre
  • Muriel

    Bonjour Lucille. Ton écrit m’inspire plusieurs sujets de réflexions que je te donne rapidement :
    – 1/ te supplémentes tu ? Vitamine D ? Protéines de réparation comme les comprimés protéochoc ? la chondroïtine ? Contre la douleur, le curcuma, les oméga 3. Ces nutriments, comme tu le sais se trouvent dans les aliments mais dans certaines périodes de réparation, ou lors des préparation on les trouve en quantité insuffisantes parce-que les besoins augmentent. Peut-être voir cela avec un spécialiste de la micro-nutirtion ou un naturopathe qui s’est penché sur les besoins des sportifs.
    – 2/ peut-être auras-tu le temps (SIC) de répondre à un sujet qui m’interroge : les formes de mon corps ont changées depuis que je pratique ton coaching et j’ai pris du poids. Pour le poids, c’est la masse musculaire VS masse graisseuse et le poids n’a jamais été un problème pour moi. Mais peut-être pourrais-tu faire une vidéo là dessus. Pour les formes, je dois changer ma garde-robe en fait :)). Moi qui avait des fesses plates, elles prennent maintenant de la place dans les pantalons !! Les obliques aussi sont développés, et j’ai pris 3 cm de tour de taille, donc les boutons ne ferment plus ! Je les déplace sur la ceinture du pantalon et parfois cela suffit. Petite astuce de ma mère ! L’ensemble du corps est plus harmonieux, plus tonique. Voilà quelques idées de vidéo peut-être !!! Merci pour ces mots sincères. Nous sommes humains.es avec nos besoins, nos peurs, nos activités de décharges, nos jeux et nos rêves, voilà !!! Bon rétablissement !

    Répondre
  • Nathalie Vact

    C’est génial de te suivre, de t’écouter. Je n’ai pas le même âge, je ne fais pas autant de sport. Mais j’adore tes programmes que j’achète que je suis…ou pas…ou pas régulièrement. Je me retrouve dans ce que tu exprimes. Ma famille et mes amis me disent toujours : tu en fais trop ! Mais trop de quoi ? J’ai envie de tester de nouveaux restaurants, de faire du sport, de visiter des expositions, de voyager, d’inviter 65 amis à une garden-party, d’acheter un nouveau programme LW, de faire 50 km à vélo… et de caser tout ça avec mon boulot, ma vie de femme et de maman. La vie est courte. Je veux en profiter un max ! Alors oui, quelque fois, j’ai rupture de ligaments ou autres bobos, ou tout simplement de la fatigue… Alors, je m’arrête, Je me soigne, je fais la sieste, je regarde une série et…JE REPARS
    Bisous à toutes les ACTIVES. J’ai 58 ans

    Répondre
  • Caroline

    Moi, aussi j’ai fait une fracture de fatigue. Si le médecin dit de te reposer fait le vraiment. Parce que sinon,ça va durer plus que 4 semaines. J’ai une suggestion à te faire, peut-être que dans cette période de pause c’est le moment de découvrir d’autres activités différentes du sport. La lecture,la peinture, les loisirs créatifs, le cinéma, les séries. De temps en temps, se faire une journée au lit. Ou apprendre à faire des massages… Car je comprends que tu bouillonnes d’énergies. Mais en tant que professionnel du sport comme toi, tu accumules beaucoup trop de séances et on m’a toujours dit. Un jour du sport, un jour du repos….et c’est pas pour ça qu’on ne peut pas aller promener le chien. Mais je te comprends, le sport quand on est bien dedans on a toujours de plus en plus envie d’en faire. Parce que c’’est un plaisir…mais aussi un besoin. Pour des raisons de santé j’ai dû arrêter le sport depuis 1 an et sur un an je n’ai jamais été autant malade. Angine, rhume, etc… Merci pour ton contenu et tout ce que tu nous fais découvrir.

    Répondre
  • Émilie

    Merci Lucile pour ces mots que tu as pris le temps de poser et qui reflètent la Lucile que je suis dans mon coin depuis bientôt 7 ans. Je ne prends pas assez le temps de commenter ou interagir habituellement mais ce soir ton texte a raisonné en moi. Et dans le fond tu as bien raison, c’est ça la vie, être sois, se faire plaisir, s’écouter et le plus longtemps possible! Prend soin de toi :). Émilie

    Répondre
  • Benedicte

    Je me retrouve dans tes mots ce soir . J’ai repris la boxe et je cours plus renfo et il est vrai que la recup je connais pas ou alors comme toi en allant promener le chien 8km en faisant du vélo avec mon fils . Bref pas de repos . Et ce soir après 3 jours de règles qui me mettent HS je dois accepter de me reposer et de laisser la bixe de côté pour me reposer pour pas me blesser . Mais je culpabilise je bouillonne ce n’est pas facile. Bon repos Lucile et à très vite à fond

    Répondre
  • LEDAIN Anne

    J’adore, quelle pêche, quel combat.
    Et mon fils qui me dit qu’il n’arrive pas à s’organiser avec son challenge running (débutant, mais il veut faire un semi dans un an , ha ha), avec ses cours de conduite, ses cours de BTS et ses sorties avec ses potes !
    Moi, je dis que ces petits, ils manquent d’expérience pour l’organisation. Nous, les mamans, les épouses, les amies, on en a des astuces pour l’organisation, on est des warriors :).
    Je n’ai jamais été aussi bien que depuis 2 ans que j’ai commencé les programmes BBL. J’ai encore des progrès à faire mais je suis tellement mieux ! J’ai même réussi à faire changer d’alimentation tout le monde (en commençant avec le rééquilibrage alimentaire).
    Merci pour tout, Lucile et la team BBL !

    Répondre
  • Sosobio

    Merci et bravo pour ce joli message Lucile ! J’aime beaucoup quand tu oses montrer ta vulnérabilité et que finalement nous ne sommes pas si différentes (enfin un peu quand même mais tu comprends ce que je veux dire !)
    Allez REPOS, CALME,….
    À bientôt, tiens nous au courant.

    Répondre
  • Sara AVERLANT-MAURER

    Hello Lucile,
    Tu tiens le bon bout !!
    La fatigue physique, surtout quand il y a une fracture, cela peut aussi dire qu’il faut faire encore plus attention à ton alimentation. (Je me permets car tu n’en parles pas dans tes réflexions.) Peut-être manques-tu de quelques vitamines et minéraux ? De bonnes graisses végétales et animales ? (Et comme le quotidien est chargé et sportif, le besoin est d’autant plus élevé.) Je sais que tu ne manges pas de viandes (ni de poissons il me semble) mais si tu manges des oeufs, cela pourrait être un bon apport de graisses animales indispensables et de bonne qualité (ce que ne peuvent pas toujours apporter les graisses végétales, même les huiles d’olive vierge extra bio, bien qu’elles apportent d’autres choses indispensables). Je crois que tu avais réintégré, de temps en temps, des produits laitiers, mais je ne suis pas certaine… Perso, hormis le fromage, je ne peux pas… Mais Gaborit est un des rares producteurs en bio et surtout avec des vaches en PÂTURAGE, donc dans leur milieu naturel, avec leur alimentation physiologique (et donc élevage respectueux de l’animal), et par conséquent ses produits laitiers sont de très bonne qualité. Il me semble qu’il est bien distribué dans certains magasins de Paris et de sa région. Ça peut être une piste de bonnes graisses si tu aimes manger un bon fromage de qualité.
    En dernier recours, les compléments/la supplémentation. Qui peuvent aider un peu.
    Bonne récup’ !

    Répondre
  • Bouali

    Très beau message; merci pour toute cette
    positivité et belle énergie.
    Bon courage tu vas en ressortir plus forte qu’avant 💪🏽 Super woman

    Répondre
  • Sanroma-Koch Edith

    Merci Lucile pour cette lettre sincère et courage à vous.
    Prenez bien soin de vous et apprenez à lâcher…pas facile…
    À bientôt en pleine forme.
    Edith

    Répondre
  • Isabelle Grandin

    Merci Lucile pour ce message si sincère !!! Oui tu peux le dire ça fait ch…..!!! Mais tu le sais mieux que quiconque il faut savoir d’écouter….tu nous le répètes si souvent ! Et puis finalement tu peux toujours nager faire un peu de vélo faire du renfo du pilates de la marche !!!! Donc plein de choses finalement.
    Courage ! Un mois ça passe super vite dans nos vies de dingue

    Répondre
  • BKA Sophie

    Bonjour Lucille,
    Merci pour ce retour d’une sincérité touchante qui fait miroir avec ma situation actuelle. Un lumbago depuis une semaine qui m’oblige moi aussi à ralentir, alors qu’à 50 ans, j’étais toute heureuse d’avoir repris avec plus d’intensité le vélo.
    Et aujourd’hui, à part “beaucoup marcher”, le kiné n’a rien proposé d’autre, pour l’instant.
    En lisant ton mesage, je me suis rendue compte qu’avec mon niveau de sportive débutante, (comparée à ton niveau d’athlète), j’ai ressenti les mêmes pensée que toi sur certains points, car je suis aussi active, très active, je n’aime pas me poser, et là, il va falloir ralentir.
    Alors, courage à toi, et merci pour cette réflexion qui m’aide à relativiser sur ce repos forcé dont je me serais bien passée.
    Bonne journée à l’équipe et bon rétablissement.
    Sophie

    Répondre

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *