Le régime du banquier

Hey tout le monde, je voulais vous parler d’une expérience vécue récemment, mais qui date en fait d’il y a 10 ans… 

Il y a 10 ans donc, lors de notre premier achat d’appartement, mon mari et moi avons dû compléter un dossier médical pour l’assurance. À l’époque, mon mari venait tout juste d’avoir ses 40 ans tandis que moi je venais d’accoucher. Après avoir fêté dignement la naissance de SON FILS, il est parti tout guilleret pour sa prise de sang… Bonjour les résultats catastrophiques ! Super sportif et en top santé, il ne pouvait pas s’imaginer frôler le taux élevé de cholestérol et de triglycérides. En gros, un fort taux de mauvaises graisses et de sucres dans le sang…

À l’époque, il se moquait bien de moi et de mes intentions de diminuer viandes, poissons,  fromages et biscuits de mon alimentation. « T’as qu’à faire du sport, tu seras mince et en forme » me disait-il tout le temps. D’ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur ma transition vers le végétarisme, je vous invite à regarde ma vidéo à ce sujet !

Sur les conseils de notre médecin traitant, il a dû retenter une autre prise de sang dans un autre laboratoire après une semaine de diète. Une semaine que les généralistes connaissent bien lorsqu’ils prescrivent une prise de sang pour un dossier médical d’emprunt. Dans leur jargon, ce régime est connu comme « le régime du banquier ». 

Le graal pour pouvoir emprunter à moindre coût sur 20-25 ans quand on a déjà passé la barre des 40 ans !

À ce moment-là, son médecin lui a conseillé une alimentation riche en légumes, en poissons blancs, en fruits frais et en céréales complètes. Mon mari, tout penaud, ayant suivi ces recommandations, a halluciné en voyant la différence de résultats. En seulement 1 semaine. 7 jours !! À quel point le corps est capable d’aller 10 fois mieux en 7 jours d’alimentation plus saine. Et ce, sans abuser de sport, juste en gardant sa régularité comme avant. Et puis bingo, l’assurance a approuvé notre dossier d’emprunt, et hop, 1er appartement à Paris. 

Aujourd’hui, alors que nous avons un nouveau projet immobilier (que je vous raconterai un peu plus tard… 😉 ) nécessitant un emprunt bancaire , et que mon homme avoisine donc les 50 ans … Une nouvelle palanquée d’analyses l’attend. (Note pour plus tard, les femmes n’ont pas à faire ce genre d’analyse même à 40 ans … )

J’ai donc appelé ma copine généraliste, pour une discussion fun et envolée sur le sujet. « Aujourd’hui, le régime du banquier a un peu changé, me dit-elle. On conseille du 100% végétarien : légumineuses, céréales complètes, fruits et légumes à volonté. Le moins de fritures et de plats préparés possibles. ». 

HA !! La validation de la base !! (Pour moi : c’est la base). C’est exactement comme ça que je me nourris depuis des années et que j’en ressens les bienfaits. C’est aussi la base de mon programme Rééquilibrage Alimentaire, dont je suis si fière et qui a déjà aidé des dizaines de milliers de personnes à se sentir mieux. 

Et pour mon mari, depuis 4-5 ans : c’est devenu la base aussi. Il est passé du côté vert de la force il y a 3 ans environ. Il envisageait d’ailleurs cette prise de sang avec beaucoup plus de sérénité qu’il y a 10 ans. Comme quoi ! 

Prise de sang faite et là… oh stupeur : ANALYSES DE SANG PARFAITES !! De quoi faire pâlir tout généraliste et labo pharmaceutique. Zéro cholestérol, zéro pré diabète, zéro sucre dans le sang tout NICKEL !!!! Analyses sanguines transmises le jour même à l’assurance et HOP dossier approuvé ! 

Finalement, pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça ? Parce que je trouve ça dingue que les médecins connaissent parfaitement l’alimentation qui lisse totalement les analyses sanguines. L’alimentation qui nettoie les vaisseaux sanguins et améliore notre santé en à peine 7 jours. Et pourtant ? On prescrit encore et encore et encore des milliards de médicaments (aux effets secondaires importants) pour faire ce job. Les “anti-cholestérol”, “anti-hyperglycémiant”, “anti-malbouffe”… sont les médicaments les plus prescrits dans les pays industrialisés.

Pourtant le régime du banquier est bien réel. Une alimentation qui soigne. Sans aucun effet secondaire. Sans payer plus. Garantissant une bonne longévité et des projets réalisables sur le long terme.

Des fruits et des légumes à volonté. Des légumineuses et des céréales complètes. Des huiles végétales. Peu de sel. De l’eau.

Alors bien sûr de temps en temps (lorsqu’il n’y a pas d’analyse de sang dans les 3 jours), on peut s’autoriser un écart. Ça fait même partie de la vie, de nos valeurs ! Un steak, un plateau charcuterie fromage, une portion de frite, une glace énorme … Une ou 2 fois dans la semaine, allez…

Mais au quotidien, c’est ce régime du banquier qui pourrait régler bien des problèmes. Moins de consommation de médicaments, moins de malades cardio-vasculaires, moins de monde dans les hôpitaux … Plus de vie, plus de longévité, plus de projets ambitieux.

Alors je demande souvent à ma sœur pneumologue ou à ma copine généraliste : « Pourquoi, mais POURQUOI est-ce que les médecins ne parlent pas plus de cette alimentation aux analyses de sang parfaites ? Cette alimentation qui guérit ? » En réalité, ils le font tout le temps. Mais c’est l’écoute qui bien souvent n’est pas là. Cette lassitude entre un discours médical et une non réceptivité des patients. Ce fossé. Ce ras le bol dans les deux camps. Le médecin qui n’en peut plus de répéter la même chose et qui au final prescrit ces sacro-saints médocs qui font le taf anti-malbouffe dans les coronaires. Et ces patients qui n’en peuvent plus de se voir asséner des règles alimentaires souvent changeantes et qu’ils pensent impossibles à suivre. Car trop souvent décevantes et source de désocialisation à court terme.

Ce que j’en pense ? Je pense qu’il faudrait un retournement sociétal profond autour de l’alimentation santé. Une normalisation de ce régime du banquier. Que l’on trouve dans les fast food, les restos, les cantines, les bars de plage : en majorité des plats issus de cette alimentation qui guérit. Et maybe, de temps en temps sur la carte, un écart viandard, laitier, ultra sucré, salé, transformé. C’est le contraire de nos jours : à peine 5% des propositions dans ces établissements sont healthy.

À la place des baraques à frites, snack pizza, entrecôte béarnaise : des baraques à salade, snack quinoa, Risotto de Camargue véganaise. Why not ? C’est super bon !! Ça ne prend pas plus de temps à préparer. Et en quelques mois tout le monde s’habituerait !  On s’est bien habitué à des confinements successifs en quelques semaines…

Quand est-ce que nous verrons ce réel changement d’opinion ? Et ne comptons pas sur les politiques pour régler ce problème. Ce sont les consommateurs qui doivent faire le taf. Toujours. La loi de l’offre et de la demande prime sur toutes les autres lois. Si pendant 2-3 ans, on ne commande plus que des salades, risotto aux légumes et poke bowl dans nos cantines et fast food : l’offre suivra. Si on boude les céréales de petit déjeuner over sucré dans les supermarchés : ils n’en vendront plus !! C’est à nous de montrer ce que l’on veut voir dans nos menus. C’est à nous d’incarner le changement que l’on veut voir dans le monde.

En tirant la machine vers le haut. En poussant l’industrie de l’alimentation vers plus de frais, de végétal, de varié.

Alors oui l’industrie du médicament pourrait peut être voir cette évolution d’un mauvais œil. Moins de malades, moins de consommation de médicaments, moins d’argent. Mais ne vous inquiétez pas pour l’industrie pharmaceutique. Ils auront toujours plein de travail pour plein d’autres maladies qui n’ont toujours pas assez de traitements efficaces. Se réinventer, c’est aussi le rôle de ces industries là, inventer et sortir de leur zone de confort. Et même si ça leur coûte de l’argent : ce n’est pas bien grave. Ils connaissent très bien les banquiers !

15 commentaires à “Le régime du banquier

  • Cecile

    Super article. Je fais partie de ces médecins généralistes qui répètent toute la journée que grosso modo le bon cholestérol c’est celui qui vient des matières grasses végétales et le mauvais des matières grasses animales… Je suis anti régime (pour en avoir fait moi même un certains nombre et avoir toujours fait le yoyo) et je le dis à mes patients, la solution est dans la tête et dans le rapport à la nourriture… Bien souvent la consultation se termine dans les larmes mais j’espère planter des petites graines du changement chez certains patients… Mais c’est long, c’est chronophage et quand les patients tabagiques, en surpoids, qui n’ont jamais enfilé un jogging hormis pour regarder le foot à la télé sortent de cardio pour leur pose de stent, arrivent avec 3 médocs anti-hypertenseurs, un anti-cholesterol et un anti-agregant plaquettaire (pour fluidifier les artères des jambes qui sont bouchées) j’avoue que j’ai un peu l’impression de prêcher dans le désert, et je me voit mal arrêter ces traitements qui permettent de sauver les meubles.
    Mais je m’accroche, et je m’inspire de tes programmes, pour mes patients et aussi pour moi 👍
    Cela dit je n’ai pas l’habitude de prescrire une biologie à 1 semaine d’écart pour voir si les paramètres s’améliorent après un changement d’habitudes alimentaires, ça pourrait peut être provoquer le déclic chez certains, je vais essayer!

    Répondre
    • Agnès

      Merci Chère Consoeur, j’approuve à 200%, passée de l’autre côté du fauteuil à la retraite, je côtoie les patients d’hier, et m’aperçois que la habitudes alimentaires sont ancrées depuis l’enfance, on ne peut les changer. Ce sont les pouvoirs publiques qui nous ont rendu service un temps car les “5 fruits et légumes par jour” ont eu un court succès. C’est à l’école qu’il faut éduquer nos générations de demain, et pas seulement avec un repas sans viande dans la semaine, qui a fait hurler les foule!

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *