Nutrition

Ce qu’il se passe quand on mange “une petite Danette” le soir …

J’avais envie de faire un retour sur les nombreuses consultations sport et nutrition que j’ai pu faire ces derniers temps. Très souvent vous me parlez de votre motivation au sport, de votre motivation pour manger sain. Et puis parfois, d’un coup, hop, la petite phrase que j’adore !

– “Ah bon pas de dessert ? (lire ici) Même pas une petite Danette au chocolat ?”

Non mais … Réveillez-vous !! Est-ce que vous comprenez ce que ça représente de grignoter une Danette au chocolat ? Est-ce que vous comprenez ce qu’est la Danette ? C’est l’évacuation des milliards de surplus de lait produits par une industrie laitière à bout de souffle et qui ne sait pas dire stop.

C’est l’entretien d’une filière laitière dans laquelle les animaux sont traités de façons inhumaine, des fermes de mille vaches … C’est de là dont vient le lait dont on n’a aucune traçabilité dans ce genre de produit.

Je dis Danette, mais ça pourrait aussi être n’importe quelle “crème dessert” dont on dit dans les pubs qu’elle est ‘délicieuse’ … Beurk. Les textures sont tellement travaillées que l’on a l’impression de n’avoir rien mangé. Pas étonnant ensuite de dire que l’on a toujours faim ! Sans compter les épaississants et autre ingrédients avec un E devant qu’il vaut mieux éviter…

Si vous la faisiez maison, avec des ingrédients maison : du lait (en grande quantité et chauffé avec cette odeur qui fait monter le coeur), de la crème, du sucre (beaucoup), du cacao… Vous vous rendriez compte de ce que c’est exactement. Et vous n’en mangeriez pas tous les soirs. Comme vous ne mangez pas de la crème anglaise tous les soirs, n’est-ce pas ? Et bien c’est la même chose.

Le dessert type ‘crème lactée’, c’est la ‘note sucrée’ qui ne veut rien dire. Complètement déconnectée des ingrédients et de l’industrie qui la fabrique.

Donc oui, je continue à le dire haut et fort : pas de dessert. Sauf quand ça vaut vraiment le coup. Quand c’est une vraie crème anglaise maison, quand c’est une vraie crêpe faite maison, un gâteau avec 5 ingrédients tous très basiques : oui ! Quand on se rend compte de la quantité de beurre, sucre, farine que l’on met dans un gâteau, on en mange moins ou en tout cas avec plus de conscience.

Je pense que c’est hyper important de rester en lien avec ce que l’on mange, avec la façon dont ce que l’on mange est fabriqué. Déjà pour des raisons écologiques. Mais aussi pour la forme, pour la faim, pour la satiété. Le fait de manger en pleine conscience et de se rendre compte de ce que l’on ingère : c’est ça le secret de la forme, de la paix avec son alimentation.

C’est dommage de faire plein de sport, de se sentir bien en allant courir dans la nature, et de tout ruiner avec une crème lactée industrielle. Je sais que ça n’est pas facile à lire ni à concevoir, ni à mettre en application.

Mais c’est comme cela que l’on gagne en maturité et que l’on accède enfin à une paix saine avec son corps. Avec le sport, avec l’alimentation équilibrée, avec le respect de ses sensations de faim et de satiété, avec l’environnement qui nous entoure.

C’était juste une réflexion après de longues heures de discussion et d’hallucination du faible niveau de connexion entre les Hommes et l’alimentation.

Comprenons ce que l’on mange, nous resterons en forme à vie !


Commentaires
  • Emilie Oum Kalthoum
    7 mars 2018 à 16:35

    Bonjour,

    Merci pour cette article.

    Je comprends certains commentaires et que, portée par ton enthousiasme, tu aies pu déranger certains.

    Par contre, j’aimerais revenir sur les commentaires qui vantent la qualité du lait français et surtout l’industrie agro-alimentaire moderne.

    Alors déjà, comme quelqu’un en commentaire le disait, traçabilité n’est pas égal à qualité : ça veut juste dire qu’on a respecté certaines normes et que le consommateur ne tombera pas malade directement après avoir avalé le produit.
    Pour autant, comment peut-on parler de lait de qualité pour un truc complètement transformé ? Un lait UHT demi-écrémé n’a plus rien à voir avec du lait cru de ferme !
    Par ailleurs, peut-être que les vaches françaises peuvent encore brouter dans les prés, mais il me semble que les normes françaises autorisent une certaine dose d’antibios, que ce soit pour soigner ou dans les granules. Et ces antibios passent dans le lait. Il me semble aussi qu’on leur donne des hormones, qui elles aussi passent dans le lait.
    Donc oui, niveau traçabilité il n’y a généralement rien à redire, mais niveau qualité laissez-moi rire !

    Le pompon, c’est le commentaire qui fait les louanges de l’industrie agro-alimentaire car elle seule permettrait de nourrir 7 milliards d’êtres humains ! Alors déjà, on ne nourrit pas si bien que ça 7 milliards d’êtres humains, étant donné qu’il y en a environ 800 millions qui ne sont pas nourris à leur faim, et plus d’1 milliard qui sont obèses… cherchez l’erreur…
    En plus, comment peut-on parler de “nourrir” ? La Danette (puisque c’était l’objet de l’article), les chips, et même allons plus loin tous les plats industriels (chers, bourrés de sucres et de sel), etc. c’est ça que vous appelez de la nourriture ?! Et si au lieu de chanter les louanges de cette industrie qui pense plus à son profit qu’à son prochain, on valorisait la vraie nourriture ?

    Je rejoins Lucile à 100% sur ce constat : la société moderne (et donc l’industrie agro-alimentaire d’aujourd’hui) nous a complètement déconnectés de la vraie vie ! On raffine à mort, on surcharge en sucres et en sel voire en “E” et compagnie. Et le résultat : notre goût est totalement appauvri, on ne sait plus apprécier la nourriture (la vraie !), et on perd nos sensations (faim, satiété).

    Donc tous les commentaires qui veulent nous faire croire que l’industrie agro-alimentaire est composée de philanthropes et qu’elle seule permet de nourrir l’humanité, sortez le nez de cette propagande s’il vous plaît et allez goûter à la vraie nourriture !

    Répondre
    Annuler

  • Léa
    8 novembre 2016 à 01:04

    T’es trop Top !!!

    Répondre
    Annuler

  • Emeline
    27 juin 2016 à 14:22

    Très déçue par cette article… Je consulte régulièrement votre blog sans jamais commenter. Pour moi, vous vous éloignez de plus en plus du modèle de “La coach des vrais gens”. Cet article est extrêmement culpabilisateur. J’ai un IMC normal, je vais en salle deux à trois fois par semaine ET je sais me faire plaisir avec une Danette. A vous lire, j’ai l’impression d’être sur le compte d’une de ces nouvelles régimeuses Instagram. C’est bien dommage…

    Répondre
    Annuler

  • Grolleau Noémie
    21 juin 2016 à 23:55

    Depuis 1 mois je n’achète plus aucun yaourt car j’avais la facheuse tendance à me faire des repas yaourts ou dans grignoter dans la journée ou au lieu de boire quand j’ai soif je mangeais un yaourt pour faire passé car je n’aime pas boire…. je suis donc en manque de yaourt je sans que sa me pèse de plus du tout du tout en manger et je lis cette article….. faut pas craquer faut continuer à combattre c’est mauvaise habitudes surtout quand on arrive à les pointés. Ou comme vous dite les faire soi même….. ……. mais la encore j’aurais peur dans retomber accro donc non. La compote et les fruits doivent suffire pour mes envies de sucre et produits plaisirs.

    Répondre
    Annuler

  • Cécile
    20 juin 2016 à 15:30

    Bonjour,
    Une question toutefois … je suis perdue. Depuis toujours je mange beaucoup beaucoup de cochonneries ( 500-800g de chocolat/praliné par semaine !! oui j’étais accro mais je fais 16km de vélo par jour pour aller travailler hiver comme été) et ultra mince (1.62 et 48 kg)
    Depuis environ 4 mois j’ai, pour de nombreuses raisons, totalement changé de mode de vie : je mange sainement, je cours entre 5 et 10 km par semaine. Je suis tombée en amour avec la nourriture bio à forte prédominance crudivore … et je GROSSIS à vue d’oeil ! je deviens affreuse. Mes jambes sont maintenant trop musclées et en même temps pleines de graisse ( 37 cm de mollets c’est affreux) et le haut de mon corps devient rachitique ! Je suis maintenant horrible et me demande comment je vais retrouver ma silhouette d’avant ! HELP est ce que quelqu’un a déja vécu ceci ?
    Je suis perdue …

    Répondre
    Annuler

  • Marine
    6 juin 2016 à 23:00

    “C’est l’entretien d’une filière laitière dans laquelle les animaux sont traités de façons inhumaine, des fermes de mille vaches … C’est de là dont vient le lait dont on n’a aucune traçabilité dans ce genre de produit.”

    ALORS LA: NON !
    Je vais bosser d’ici 6 mois dans l’industrie agroalimentaire et j’ai envie de dire stop. La traçabilité est la REGLE ULTIME de l’industrie. On sait exactement de quel vache vient quel lait. Des exercices sont fait tous les mois pour être sûr que tous les documents sont là, des simulations de retrait et rappel sont fait tous les trimestre en interne et en externe. Surtout dans les grandes entreprises comme Danone. Et si, par malheur un site n’a pas validé son exercice de retrait: malheur à elle: le directeur se fait sévèrement tapé sur les doigts et l’ingénieur responsable de la qualité risque sa place … Alors non, dans l’industrie, on fait pas n’importe quoi, même si des fois, y’a des râtés.

    Après, bon ok, la Danette, c’est pas le mieux. Mais aujourd’hui, beaucoup de marque tente de réduire les additifs: on fait ce que l’on appelle de la reformulation. On cherche des moyens plus naturel de produire des ingrédients qui se conservent. Parce que la crèmes dessert ou le yaourt idustriel, ça se converse 3 semaines (voir bien plus). Je pense pas que ce soit le cas pour le fait maison.

    Après, je ne suis pas pour le tout industriel, j’adore cuisiner maison, cela me rassure. Et encore, je ne consomme pas bio donc les légumes que j’achète sont loin d’être clean … Mais faudrait arrêter de dire que l’industrie AA c’est le mal. C’est pas vrai. Les industriels font des efforts fous et dépensent des millions en R&D pour réduire la liste d’ingrédient tout en gardant l’aliment sûre et avec les mêmes qualités organoleptiques qu’avant …

    Répondre
    Annuler

    • Camille
      10 août 2016 à 13:36

      Bonjour, personnellement je ne connais pas l’industrie agroalimentaire, mais je vais essayer de dire ce que j’en pense:

      Je pense que vous n’avez pas tort mais pas raison non plus et que la traçabilité poussée a l’extrême dont vous parlez est une fausse traçabilité.

      Les contrôles en tout genre, les calculs, les machines perfectionnées pour enregistrer ci et ça, les analyses… ça ne garantit pas qu’un produit soit bon, sain, respecte l’environnement, les animaux, l’humain… et ça ne veut pas dire que l’on s’en soucie.

      C’est surtout pour respecter la réglementation, ne pas avoir de problèmes avec la loi en cas de problèmes au niveau des produits, se permettre d’ajouter des mentions sur l’étiquette ou et attirer plus de consommateurs et encore d’autres raisons de ce type sans doute.
      Comme vous le dites si bien, sinon le directeur se fait taper sur les doigts ou bidule perd sa place…

      Le reste, dans l’agro-alimentaire, ils s’en fichent pas mal… du moment qu’ils peut continuer a vendre et gagner de l’argent sans souci… enfin que les plus hauts placés assurent leur train de vie 🙂
      Que les consommateurs bouffent des saloperies, qu’est ce que ça peut leur faire?

      On a appris l’histoire des lasagnes de cheval, on sait que Le Gaulois à sa volaille au Brésil…. alors ok imaginons que la traçabilité soit excellente (mais au Brésil ou en Roumanie…), on sait quelle poule a pondu quel œuf c’est bien… mais j’imagine pas tout le reste a coté… tout ça me fait doucement rire (jaune)
      Je préfère manger un oeuf non traçé de la ferme d’a coté de chez moi 🙂

      Et pour terminer, dépenser des millions pour “améliorer des produis” qui ont été complètement blindés de trucs épaississant, conservateurs… par les memes personnes auparavant dans le but de gagner le plus de fric possible, je trouve que ça a aucun sens.
      Et je suppose que la aussi c’est des histoires de gros sous qui se cache derriere… ça permet de donner du fric a machin qui est un grand ami de truc par exemple…

      J’espère que je me suis fait comprendre malgré tout 🙂

      Répondre
      Annuler

    • Clara
      18 juillet 2016 à 21:02

      Merci !!!
      Moi aussi je bosse dans l’agroalimentaire et je trouve ca ahurissant le nombre de bêtises qu’on peut sortir.
      Les produits exposés viennent en plus de chez Danone et Nestlé qui ont des produits de très bonne qualité. Le lait ayant un cahier des charges très strictes…..
      Effectivement, la Danette c’est pas le meilleur dessert au monde mais quand même !
      Y’a une traçabilité derrière tout ca…

      L’alimentation a besoin d’être variée et équilibrée pour éviter les effets néfastes de certains aliments, mode de cuissons…

      Répondre
      Annuler

  • lex
    26 avril 2016 à 22:38

    Lucile,

    Merci pour ce post dans la condition animale. Tu as parfaitement raison, les pauvres vaches mettent au monde leur veaux qu’on leur enlève (pour les engraisser et les tuer), pour leur prendre leur lait. C’est ignoble.
    De plus, le professeur joyeux (le cancérologue) dit bien que l’humain ne devrait pas manger de lait après l’enfance car c’est plein d’hormones de croissance (qui font croître les cellules cancéreuses). Le mythe de calcium a été inventé par le lobby du lait. On trouve le calcium dans les eaux, les amandes..

    Répondre
    Annuler

  • Cam
    19 avril 2016 à 20:52

    Bonjour Lucile,
    Je suis d’accord avec votre article concernant les Danette, ce n’est vraiment pas bon…ni en gout ni pour le corps.
    Mais je pense qu’il ne faut pas voir tout en noir dans l’industrie agroalimentaire..des choses bonnes en ressortent 🙂 et je vous conseille ce yaourt/dessert au lait de coco sans lactose, sans gluten : DE-LI-CIEUX !
    Bonne soirée !

    Répondre
    Annuler


Derniers articles