SPORT

Mon combat contre l’insomnie.

Partager l'article

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je vous écris un article assez personnel. Car j’ai l’impression d’avoir enfin trouvé une solution à un problème qui me bouffe littéralement la vie depuis très longtemps… Je veux vous parler de l’insomnie. Oui, je parle bien d’un PROBLÈME. Car l’insomnie n’est pas une maladie. Ce n’est pas un syndrome. C’est plutôt un fait, une plainte, un combat, que nous sommes des millions à subir au quotidien. Maintenant que j’ai trouvé une solution, il m’apparaissait intéressant de revenir sur mon histoire et mon combat contre l’insomnie.

L’insomnie s’installe petit à petit…

Comment je suis devenue insomniaque ? de façon insidieuse, avec les aléas de la vie, les changements de rythme, ma carrière… Pourtant, petite et jusqu’à mes vingt ans, rien ne me prédisposait à l’insomnie. Je dormais comme un loir. J’étais une grande dormeuse, amoureuse de mon lit et de la sieste.

Et puis j’ai commencé à étudier, à avoir un rythme de vie complètement différent. Je pouvais bosser, lire et relire mes cours après 23h, sans aucun problème. Peu d’heures de sommeil mais, dès le lendemain matin, j’enquillais sur un TD de Biochimie avec une mémoire sans faille.

La vie étudiante, quoi ! Vous connaissez certainement… grosse fête les jeudis, les vendredis, les samedis soirs… Toujours des petites nuits mais des conditions physiques inchangées. Ces années ont filé sans que je ne m’en aperçoive. Surtout qu’à 22 ans, j’ai commencé une triple vie : journaliste-enquêtrice le jour, fêtarde le soir et rédactrice la nuit… Un emploi du temps surchargé auquel j’ai ajouté des déplacements à l’étranger dans le cadre de mes investigations journalistiques. Rien qu’en 2006, j’ai cumulé treize vols pour les U.S.A., engrangeant des tonnes de décalages horaires et de somnifères…

Puis j’ai rencontré mon mari. Un Britannique 10 fois plus fêtard que moi ! À nous les nuits encore plus hachées pour le fun, la musique et la bière ! À ses côtés, okay, mes nuits étaient courtes mais mes projets ont bien grandi. Il m’a soutenue quand j’ai décidé de devenir coach sportif alors que j’étais déjà journaliste médicale. À croire que j’aime mener plusieurs vies à la fois ! Me voilà donc à nouveau à courir après un diplôme à passer et des articles à rédiger pour assurer financièrement. Et, au final, peu de temps à consacrer à mon sommeil.

Et ça, c’était avant l’arrivée de mon premier enfant… et des nuits rythmées par l’allaitement, puis les biberons, la rhino, les gastros, la fièvre et…la création de mon blog ! Un projet passionnant dans lequel j’ai mis beaucoup d’énergie même si je ne pouvais pas en vivre. Je travaillais en tant que coach la journée et j’écrivais pour mon blog le soir, une fois tout le monde couché, jusqu’à minuit, parfois jusqu’à 1h ou 2h du matin…

Vous ne vous rendez peut-être pas compte mais pendant 4 à 5 ans, j’ai écrit mon blog, réalisé mes vidéos YouTube et développé mes réseaux sociaux de 21h à minuit presque tous les jours. Parce que j’adorais ça, j’avais envie de voir jusqu’où cela pouvait aller. Par passion, par excitation. Et puis il y avait ce sentiment d’aider les personnes et de pouvoir agir au-delà de mon périmètre géographique. C’était à la fois captivant et épuisant !

Après la naissance de mon deuxième enfant, j’ai maintenu mon rythme de boulot, de sport, de famille, de fête (bon… un peu moins, mais quand même !). De fil en aiguille, j’ai déconstruit puis abimé mes nuits et mes cycles de sommeil… Et depuis près de deux ans, je peux dire que je souffre vraiment d’un manque de sommeil et que j’ai de vraies difficultés à m’endormir.

Insomniaque sans le savoir.

Il y a encore quelque temps, il m’arrivait plusieurs fois par semaine de me coucher parce que je me sens crevée et, une fois allongée, je pouvais rester dans mon lit sans dormir pendant plusieurs heures. C’est grâce à ma montre Steel HR Withings, qui analyse mon sommeil, que j’ai pu constater que je somnolais durant la première partie de ma nuit. Et ces heures passées sans vraiment dormir correspondaient en fait à un demi sommeil. J’étais presque en phase d’endormissement mais, comme je cogitais, je ne me reposais même pas. Résultat : je me ressortait de mes nuits, fatiguée, épuisée. Avec une humeur de chien, des cernes et un visage bouffi à la clé. Super !

Alors j’ai tout essayé. La routine, la tisane, la mélatonine (dont il ne faut pas trop abuser car elle augmente les problèmes hormonaux), la passiflore, la lavande, les huiles essentielles, la méditation… Tout marche. Un peu. Mais pas systématiquement. Pas sur le long terme.

C’est finalement grâce au Sleep Tracker de Withings, un sous-matelas qui capte les mouvements pendant le sommeil, que je me suis rendue compte à quel point mes débuts de nuit étaient épiques. C’est à ce moment que j’ai enfin compris l’objet de ma souffrance mentale et physique. Ce problème d’endormissement me rendait au quotidien moins patiente, plus irritable, avec cette sensation d’être tout le temps ultra crevée… En fait, j’étais victime de l’insomnie d’endormissement.

Les troubles du sommeil sont multiples.

En effet, il existe plein d’autres troubles du sommeil. Si vous aussi, les filles, vous avez l’impression d’être tout le temps fatiguées au réveil, si vous ressentez parfois des maux de tête et une incapacité à vous concentrer. Si vous avez tout le temps faim ou si vous êtes facilement irritables… Tous ces symptômes sont peut-être dus à des troubles du sommeil. Notamment l’apnée du sommeil, très commun mais très difficile à identifier.

Le savez-vous ? En France, 50% des personnes concernées par l’apnée du sommeil ne sont pas dépistées. Et pour cause : il est parfois compliqué de s’en rendre compte puisque les perturbations se déroulent pendant le sommeil. Ce trouble se traduit par des arrêts respiratoires, plusieurs fois pendant la nuit. La personne entre en apnée sans le savoir. Du coup, au bout d’un moment, son cerveau se réveille pour ré-enclencher la respiration. Ceci aboutissant à un mauvais sommeil, des cycles totalement perturbés et une fatigue qui ne s’estompe jamais, les nuits étant segmentées par des apnées.

Dans une grande majorité des cas, l’apnée du sommeil est corrélée à un surpoids et à des ronflements. Elle favorise donc les problèmes cardio-vasculaires et la somnolence pendant la journée.

Le Sleep Tracker, dont je vous parlais, a la faculté d’analyse vos cycles de sommeil, de mesurer votre fréquence cardiaque, de détecter vos possibles ronflements et de reconnaître de potentielles perturbations respiratoires et leur intensité. Des données personnelles qui participent à détecter d’éventuels signes d’apnée du sommeil et donc de vous guider vers une meilleure connaissance de votre sommeil.

Thérapie Comportementale et Cognitive.

Dans mon cas, il s’agit bien d’insomnie d’endormissement. Maintenant que mon problème est défini, je commence à voir la lumière au bout du couloir, grâce à la Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC). C’est ma soeur, médecin pneumologue et médecin du sommeil, qui n’arrêtait pas de me pousser à la faire. Et, franchement, ça marche ! J’ai débuté cette thérapie depuis seulement 6 semaines et je vois déjà une possibilité de m’en sortir durablement, et toute seule.

Après, je ne vous le cache pas, c’est dur, même très dur. Car cette thérapie est basée sur la restriction du temps passé au lit, avec des réveils très tôt, tous les jours, même le week-end, et une discipline de fer ! Et puis cette thérapie intègre également de la relaxation et de la méditation que je pratiquais déjà. Cette partie là n’est pas une découverte pour moi. C’est plutôt la discipline des horaires, minuit – 6h30 chaque nuit, qui est nouvelle dans mon cas.

Discipline… Un mot que j’aime utiliser dans mon métier, dans le sport, l’alimentation, l’hygiène de vie et le bien-être. Et que je ne m’étais pourtant jamais appliquée à moi-même en terme de sommeil. Alors que, la plupart du temps, je suis assez stricte avec mes enfants pour l’heure du dodo.

S’endormir rapidement.

Depuis que j’ai fait ma thérapie, ça commence à aller mieux. J’ai réussi à m’endormir dans les 5 minutes, cinq jours de suite ! Grande victoire ! Ce qui ne m’était pas arrivé depuis cinq, peut-être dix ans. Et c’est le rêve absolu !

Comment je m’en rends compte ? Grâce au Sleep Tacker de Withings qui fonctionne avec l’application Health Mate. Il me permet de suivre mes données de sommeil. Et je vois vraiment la différence. Exit l’insomnie ! Mon sommeil profond arrive désormais tout de suite, alors qu’auparavant il était plutôt en fin de nuit. Donc même si mes nuits sont plus courtes, parce que je passe moins de temps au lit, mon sommeil lui a gagné en qualité ! Comme pour tout : ce n’est pas la quantité qui compte mais la qualité !

Je l’avoue, cette analyse du sommeil est vraiment agréable et rassurante. Sans elle, je me serais peut-être dit que j’avais besoin de dormir plus et donc d’être moins assidue à ce  nouveau rythme 00h – 6h30 qui me permet de m’endormir sans difficulté, chaque nuit.

Au total : 6h30 de sommeil par nuit, même le week-end. Même si je me couche plus tard que minuit. Même si je fais plein de sport. Je dois me lever à 6h30 du matin. Pas facile. Surtout pour moi qui ne suis pas une lève-tôt !

Mais j’y arrive et je fais des progrès.

Cela dit, me lever le matin reste compliqué. Clairement, la psychologue qui me suit m’a conseillé de revenir dès que possible à un rythme qui me correspond davantage, comme un sommeil allant de 2h à 9h du matin.

Mais avec ma vie de maman et de chef d’entreprise, c’est absolument impossible. Donc je maintiens ma discipline pour me sentir mieux dans ma vie actuelle. D’ailleurs, à l’heure où j’écris cet article, il est 6h58, je viens de dormir 6h30, sans aucun problème d’endormissement, et je sens que la journée va être belle !

J’espère que ce partage d’expérience vous aura éclairées et vous aura donné envie d’intégrer à vos nuits une meilleure discipline de sommeil. Car c’est la clé pour lutter contre l’insomnie et certaines perturbations  du sommeil, tels que les problèmes d’endormissement.

Et vous, les filles, avez-vous déjà eues une insomnie ? Comment avez-vous fait pour résoudre ce problème ? Partagez-moi vos histoires en commentaire !


Commentaires
  • Ivan
    3 octobre 2019 à 06:54

    J’ai trouver génial cet article, Vous faites dans la simplicité mais aussi dans l’efficacité. Vous arrivez ainsi a redonner un peu de joie a ceux qui l’on perdu d’une manière ou d’une autre. Merci et continué ainsi.
    Dans mes recherches j’ai aussi découvert un autre article, cela peut aussi aider:
    http://go.6d69737465726964z2ec65746f696c6564756d617469.11.1tpe.net

    Merci et à plus.

    Répondre
    Annuler

    • Lucile Woodward
      3 octobre 2019 à 10:10

      Hello Ivan et merci !

      Répondre
      Annuler

  • Audrey
    3 juin 2019 à 16:12

    J’ai des années d’insomnies mais depuis deux mois je redors.

    Voici le rituel qui m’a refait dormir:

    1) Je prends deux capsules de ZMA le soir vers 21h30
    2)Je prends deux capsules d’huile de foie de morue même heure
    3) je m’endors devant la tv, en mettant un faite entré l’accusé, ou documentaire animalier.

    Là çà marche pour moi qui avait des problèmes avant.
    Par contre par temps de chaleur je ne dors pas bien…

    Répondre
    Annuler

    • Lucile Woodward
      3 juin 2019 à 18:11

      Hello Audrey, chacun son petit rituel 😉

      Répondre
      Annuler

  • arlette
    15 mai 2019 à 01:28

    merci de nous partagerez ton histoire.

    Répondre
    Annuler

    • Lucile Woodward
      15 mai 2019 à 10:38

      Avec plaisir ! Ce blog est fait pour ça aussi 😉

      Répondre
      Annuler

  • Carole
    25 mars 2019 à 23:53

    Coucou Lucile, Merci pour ton témoignage, je te suis depuis un bout de temps maintenant et en tant que psychologue TCC je suis heureuse de ce partage et contente que ton sommeil aille mieux 🙂

    Répondre
    Annuler

    • Team LW
      26 mars 2019 à 18:03

      Hello ! Merci pour ce gentil message ! Prends soin de toi et à bientôt !

      Répondre
      Annuler

  • Gina
    22 mars 2019 à 21:12

    Vraiment super comme article! Je me suis un peu reconnue dans votre témoignage. J’ai souffert d’insomnie pendant au moins 2 ans, j’ai parfois des rechutes mais ça reste très gérable. Moi aussi grande dormeuse plus jeune, aujourd’hui j`ai 31 ans et on se rend vite compte que la vingtaine est bien loin quand on dort mal :D. Pour ma part j’ai opéré beaucoup de changement dans ma vie professionnelle pour avoir plus de temps libre et vivre au rythme qui me convient. Merci pour vos articles et vos programmes, vous faites un super boulot!! Bises

    Répondre
    Annuler

  • charlotte
    20 mars 2019 à 16:47

    bonjour ,
    je suis agréablement surprise de lire votre article, oui , on en parle pas beaucoup de l’insomnie et quand on en parle , souvent , on établie un lien entre nos états psychologique du moment et notre sommeil , bon c’est un peu vrai mais avoir aussi votre vécu , se rendre compte que la matière peu aussi agir sur le psychologique 🙂 , ça me conforte dans mon idée j’ai trois enfants , cavalière et propriétaire c’est une passion qui prend bcp bcp de temps , je fais de la course a pied et du yoga pour être une cavalière aussi light que possible 🙂 je re prend mes études , mes journées sont bien remplis , la petites dernière a 20 mois , les nuits courtes et perturbées font aussi partie de mon quotidien , ont peut ajouté les petites sorties entre amis , les stress inattendu , j’ai vécu un situation très stressante , eu une nouvelles qui m’a tellement foudroyée que je n’ai pas peu dormir de le nuits et le nuits suivante à été très dure lever a 4 h du matin /couchée a 5H 3O et lever a 9H ; c’est cette nuits la, l’idée de me lever tôt pour pouvoir espéré m’endormir le soir a une heure convenable est venu , profité de cette soudaine charge de fatigue pour ne pas chercher a récupérer mais pour m’en servir comme ellant , les disputes (oh la la oui même les disputes m’empêchait de dormir , mon sommeil était vraiment ultra léger ,je crois qu’il n’a pas beaucoup changer , mais m’obliger à me lever a 6h 3O / 45 .a été la clef . Depuis je m’endort bien , parfois les fin semaine , le réveil est dure , me lever aussi tôt surtout quand la veille a été très physique , j’ai l’impression que ma tête est lourde et qu’une migraine pointe le bout de son nez , quelques minutes plus tard ces sensations disparaissent et la journée est belle , c’est vrai que mes nuits bien faites font de moi quelqu’un de plus apaiser et ça fait du bien !! parfois ,j’ai un mega coup de fatigue vers 13h30 , ( est – ce me sucre ? 🙂 ) , je me laisse pas faire , je me lève et vaque a mes occupations, je vais voir mes chevaux et c’est repartie ,si , il y a sieste , je m’endort plus tard , et la , si je m’endort après minuit je suis fichu , mon cerveau repart pour un tour et je n’arrive plus m’endormir , le cycle infernale repart .

    ps : 6h 30 finalement c’est pas si tôt , il y a des métiers et des conditions de vie qui nécessite d’être debout encore plus tôt . j’étais une dormeuse amoureuse du lit douillette , m’a motivation la fraicheur matinal de ces tranches horaires les couleurs qu’on ne voient qu’a ces moments la 🙂 c’est vivifiant ! j’adore la natures !!

    Répondre
    Annuler


Derniers articles