Nutrition

Poids de forme, sensation de faim et satiété… Comment s’y retrouver ?

Je vous parle souvent poids de forme, satiété, sensation de faim, rééquilibrage alimentaire. Des termes qui ne sont pas simplement des éléments de langage mais qui sont aussi et surtout les clés d’une remise en forme durable, constructive et épanouissante. Des mots auxquels je crois et que j’avais envie de redéfinir pour vous aider à y voir plus clair.

Stop aux régimes !

Il y a un mois, je postais sur ma chaîne Youtube la vidéo STOP AUX RÉGIMES dans laquelle j’explique simplement comment il est possible de perdre du poids durablement, sans faire de régime. Simplement en intégrant à votre quotidien l’un des grands principes de ma Méthode Body By Lucile : le 80% SAIN, 20% TRASH. Zéro frustration et zéro restriction, juste un équilibre à trouver et du bon sens à travailler. Tout ce que les régimes drastiques ne vous enseignement pas.

Et c’est aussi ce qui explique, en partie, que ces régimes amaigrissants échouent sur le long terme. Il suffit de lire les témoignages au sein du groupe Body By Lucile : toutes ces femmes désespérées qui se tournent vers moi après avoir « tout essayé »… Tout, vraiment ?

Et si vous reveniez à des choses simples et essentielles.

Faim, rassasiement et satiété.

Ces notions vous parlent-elles ? Chaque jour, nous mangeons par besoins, par nécessité. Notre organisme consomme de l’énergie pour nous permettre de nous lever le matin, de marcher, de nous concentrer, de bouger, etc. Cette énergie dépensée, il faut bien la combler. Ce sont nos besoins énergétiques quotidiens. Afin de les satisfaire, notre organisme envoie des informations à notre cerveau, comme la sensation de faim, qui nous permettent d’adapter le comportement alimentaire approprié.

Pour cela, nous devons recevoir les bonnes informations, les bons signaux. Il en existe trois principaux : La faim, le rassasiement (la disparition de la faim) et la satiété (l’absence de faim).

Notre capacité à interpréter correctement ces signaux nous permet donc de maintenir l’équilibre entre nos besoins énergétiques (consommés par l’organisme) et nos apports (ce que nous mangeons et buvons). Et donc de garder la ligne !

Sensations de faim et émotions.

Cet équilibre est rendu possible grâce au système de régulation dont dispose notre corps. Oui, la nature est bien faite ! Et c’est en respectant ce système de régulation qu’il est possible de conserver un poids stable. Un poids dans lequel on se sent bien, qui ne bouge pas, même si l’on fait quelques écarts… Bref un poids qui s’auto-régule !

Une fois de plus, le corps est bien fait. Il suffit de savoir l’écouter… Les enfants le font très bien. Ils ne mangent QUE quand ils ont faim. Dès qu’ils sont rassasiés, ils s’arrêtent. En grandissant, nous avons tendance à perdre cette spontanéité. Les raisons sont multiples : stress au travail, surcharge mentale, manque de sommeil, vie de couple chahutée… un tas d’éléments extérieurs vient perturber et endommager notre système de régulation.

Comment ? Prenons un exemple concret et universel. La rupture amoureuse qui nous cloue au lit avec pour seule compagnie, une série et un pot de glace. On est toutes d’accord pour dire que ce pot de glace, notre corps n’en a absolument pas besoin… Non, il s’agit simplement d’un aliment réconfortant. Un aliment refuge. Une sorte de “mentalisation” de l’alimentation.

En effet, face à une situation émotionnelle critique, nous avons tendance à vouloir consommer un aliment plaisir, souvent sucré, qui a pour fonction de nous aider à retrouver un état de bien-être. Ce type de comportement alimentaire, qui peut être totalement inconscient, peut entraîner un dérèglement du système de régulation de la faim, s’il est répété. Et c’est comme ça que s’installent les kilos….

Faim et envie de sucre
Sensation de faim : besoin ou envie ?

Besoin ou désir ?

Tout cela pour dire que la prise de poids peut être due à des comportements alimentaires qui ne répondent plus à des besoins mais à des désirs, eux-mêmes dictés par des émotions étrangères à la sensation de faim.

Donc, avant toute chose, il est important d’être attentives à aux émotions et aux sensations. Il faut apprendre à identifier la sensation de faim. Perso, je me pose souvent la question : ai-je vraiment faim ou ai-je envie de manger parce que je m’ennuie ou parce que je suis triste?

Parfois, nous confondons même la sensation de faim avec le simple besoin de s’hydrater. Faites le test par vous-même. La prochaine fois que la sensation de faim vous surprend, buvez d’abord un verre d’eau et attendez. Voyez si la faim persiste ou si elle disparaît. Et revenez me le dire en commentaire.

En résumé, c’est en évaluant mal nos besoins physiologiques et en interprétant mal nos envies qu’on finit par surconsommer, c’est-à-dire à manger plus que nécessaire, ce qui à la longue peut amener à une prise de poids. En cela, il est important d’apprendre à évaluer notre faim et à déceler les émotions qui influent sur nous et nos comportements.

Prise de conscience et lâcher prise.

Mais l’envie n’est pas forcément consciente ou maîtrisée. Vous savez, c’est la fameuse pulsion. Là, les émotions prennent le dessus. L’enjeu, vous l’aurez compris, c’est d’apprendre à mieux vous connaître. Quelles sont vos faiblesses ? vos forces ? Qu’est-ce qui vous motive à prendre telle ou telle décision ? Prendre conscience de vos choix et des raisons que vous poussent à les faire. Une prise de conscience et une prise de recul qui permettent d’être en accord avec vous-même pour ensuite revenir à un rapport à la nourriture plus instinctif.

Privilégier le marché pour ses fruits et légumes de saison.

Perso, je suis attentive à mon alimentation mais je ne m’interdis rien. La privation, c’est de la frustration et, ensuite, c’est le craquage assuré ! Au final, j’applique simplement mon principe du 80% SAIN, 20% TRASH. Oui, il est important d’inclure la notion de plaisir, dès lors que le plaisir est sciemment satisfait et qu’il n’est pas associé à des pulsions.

Personne ne vous reprochera de sortir avec vos copines pour un apéro ou de faire une pizza quatre fromages maison au dîner. La notion de satisfaction est nécessaire. Elle évite de vous jeter sur tout ce qui ressemble, de près ou de loi, à une sucrerie.

Le 80.20, c’est aussi une façon efficace d’éviter toute forme de culpabilité, d’anxiété, de frustration et d’obsession. C’est une façon de faire la paix avec votre assiette mais aussi avec vous-même et avec la perception que vous avez de vous-même !

Poids de forme VS poids rêvé.

Sans mentir, combien de fois cela vous est-il arrivé de vous sentir hyper bien dans vos fringues alors que le nombre sur la balance ne vous plaisait pas ? Encore une fois, le ressenti prime sur tout, même sur la balance… D’ailleurs, je vous donne quelques conseils pour faire la paix avec votre balance dans mon article “La balance : le bon outil pour perdre du poids”.

Balance, alliée de poids
Balance, une alliée pour perdre du poids.

En fait, ce qui compte c’est votre poids de forme. C’est le poids avec lequel vous vivez bien, physiquement et psychologiquement. Une valeur subjective mais essentielle ! Oubliez le poids rêvé qui n’est peut-être pas du tout adapté à votre physiologie, à votre âge et à votre métabolisme. Vous ne pouvez pas lutter contre la génétique et encore moins contre certaines prédispositions.

Et puis il arrive parfois qu’il n’y ait que quelques kilos d’écart entre les deux poids. Et alors ? Ce ne sont pas 5 kilos qui changent un vie. En revanche, maintenir un poids sur plusieurs années (à un ou deux kilos près), ça, ça peut tout changer.

Poids de forme et stabilité.

Le poids de forme, c’est aussi celui qui vous met à l’abri des régimes drastiques. Bien dans vos pompes, vous n’êtes pas obsédées par vos repas. Vous êtes simplement attentives à vos sensations de faim et de satiété. Ainsi la perte de poids et la stabilité résultent notamment d’une meilleure connaissance de vous-même et d’une bonne régulation alimentaire, et non de restrictions.

Maintenant que vous êtes plus familières avec le poids de forme et les sensations alimentaires, vous l’aurez compris, tout est une question d’équilibre, de nuances et de ressenti. Comme dans la vie, l’important c’est la stabilité ! Et si vous souhaitez mettre en pratique tous ces conseils mais que vous avez besoin d’être guidées, mes programmes RÉÉQUILIBRAGE ALIMENTAIRE et DÉTOX AU SUCRE peuvent vous être d’une aide précieuse. 😉

N’hésitez pas à partager vos impressions, vos succès et vos doutes en commentaire !


Commentaires
  • Liliane
    20 mars 2019 à 05:52

    Bonjour Lucille j’aimerais pouvoir trouver le programme d’émir à 40 kg mais ce n’est plus disponible à la vente. Ou le trouvez ?
    Merci

    Répondre
    Annuler

  • Lucie
    17 février 2019 à 18:15

    Bonjour Lucile et merci pour cet article !
    Ça me fait penser à une autre raison de consomme des choses sucrées sans avoir vraiment faim : les tentations au boulot ! Comment faut-il réagir quand on est très (trop) souvent alpagué par les collègues qui nous proposent jour après jour des viennoiseries, gâteaux d’anniversaire, gâteaux pour fêter les vacances, bonbons, chocolats et j’en passe.. ? Là c’est plus un problème de “pression sociale” pour oser dire non, sans passer pour la fille au régime !

    Répondre
    Annuler

  • Audrey
    15 février 2019 à 21:17

    Lucie,
    Non besoin de longue phrase pour te féliciter pour cet article! Je te remercie sincèrement pour ces mots partagés, qui, personnellement, ne font que renforcer ma motivation à choyer mon corps, qui représente selon moi, le bateau dans lequel je vais naviguer toute ma vie.
    Alors, ces conseils dénués de frustration, par des régimes sans sens ont raison des résultats obtenus depuis que je suis ta philosophie. Etant facile à culpabiliser, je fais la paix avec moi même, physiquement, et psychologiquement.

    Just for pleasure : mon entourage est sensible à mes nouvelles convictions, et je te fais une jolie pub! Parce qu’on a tous besoin d’un mentor!!
    Kiss and never lose your desir to share, please!

    Répondre
    Annuler

  • Rose
    15 février 2019 à 13:58

    Hello Lucile, merci pour cet article. Tu parles de génétique et autres dispositions contre lesquelles on ne peut pas lutter; pourrais tu faire un article à ce sujet ? Je trouverais intéressant de comprendre dans le cas où on galèrerait à perdre du poids, ou à atteindre un physique “rêvé”, dans quelle mesure cela peut-il être attribué à la génétique? Merci !!!!! Bonne journée

    Répondre
    Annuler

  • Caro
    15 février 2019 à 09:19

    Pour ce qui est de confondre la sensation de faim et le besoin de s’hydrater que tu mentionnes dans l’article, ça fonctionne sur moi, ça fait déjà un moment que je bois de l’eau à chaque sensation de “faim”, en suivant ta vidéo contre les grignotages. Du coup, je bois encore plus d’eau, et je mange moins 😁

    Répondre
    Annuler

  • Elodie
    14 février 2019 à 11:00

    Pour m’aider à gérer les craquages alimentaires “émotionnels” je consulte une hypnothérapeute et ça fonctionne très bien sur moi.
    Mais avant d’aller la voir, j’avais conscience que ces craquages étaient 100% liés à mes peurs à mon stress et j’avais besoin de faire aider

    Répondre
    Annuler

  • Grenadine, de BLOGTOURDUMONDE.com
    14 février 2019 à 08:03

    Bonjour Lucile
    Merci pour ton blog à la fois expert et accessible à toutes et tous. Ton énergie et ton bon sens sont contagieux.
    A 50 ans, chahutée au niveau émotionnel par un métier difficile et de grands enfants insouciants, la tentation du sucre-doudou est permanente. Le sport n’est pas toujours mon premier choix en rentrant le soir…
    Je suis toujours heureuse de te lire, et de me remotiver à ton contact.
    Grenadine,

    Répondre
    Annuler


Derniers articles