SPORT

Rester femme malgré un cancer.

Partager l'article

Cette semaine, je souhaite vous parler d’un sujet assez lourd mais qui me tient très à coeur et que je n’ai jamais encore osé aborder. C’est malheureusement un sujet qui nous touche toutes, de près ou de loin. Je veux parler du cancer et de ses conséquences sur le physique et le mental. Depuis plus de 10 ans, ma présence sur les réseaux sociaux m’a permis d’échanger avec certaines d’entre vous atteintes de cette maladie. Souvent, vous me demandez des conseils. Et, je l’avoue, jusqu’à maintenant, c’était compliqué pour moi de vous aiguiller correctement. Je ne suis pas médecin, pas formée à cette spécialité…

Alors je me suis informée, documentée et rapprochée de spécialistes et d’associations, comme l’AFSOS (Association Francophone des Soins Oncologiques de Support) qui aide les patientes à mieux supporter la fatigue, la douleur et les effets secondaires de la maladie, en leur proposant des “soins de support”. C’est donc de ces soins, complémentaires aux soins classiques, que je veux vous parler. Et notamment deux soins en particulier qui sont l’activité physique et la beauté.

L’activité physique pour soulager les effets secondaires des traitements d’un cancer.

Beaucoup de patientes l’ignorent mais, en parallèle des traitements classiques (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie), l’activité physique est un véritable “médicament” pour lutter contre le cancer. En plus de son rôle préventif, elle est une aide formidable pour les malades.

Parce que se soigner contre un cancer, ça fatigue. Énormément. D’ailleurs, cette intense fatigue ressentie par les patients, les spécialistes n’arrivent toujours pas à expliquer, du moins ils n’arrivent pas à comprendre ses causes. En revanche, ils ont constaté que la pratique régulière d’une activité sportive douce et adaptée contribue à donner plus d’énergie aux malades. Environ 30 % d’énergie en plus ! C’est énorme ! Surtout quand on sait à quel point les traitements affaiblissent le corps.

Alors vous me demandez souvent : quel sport faire ? Eh bien, ça dépend. En fonction du cancer, du traitement ou de la chirurgie subie, l’activité physique est variable. Mais les spécialistes s’accordent à dire qu’il est bon de travailler en priorité le renforcement musculaire autour de la zone cancéreuse et de pratiquer des sports doux, sans impacts. En fait, il ne s’agit pas ici de parler de performances. Il s’agit surtout de rester actives, de continuer ou de recommencer à bouger. Les spécialistes recommandent donc des activités qui vont jouer sur la mobilité, la souplesse mais aussi qui vont aider à évacuer les tensions et le stress. Au rythme de 3 à 5 séances par semaine.

Si vous êtes face à la maladie, je vous encourage vraiment à vous rapprocher d’associations comme l’AFSOS. Ou encore la CAMI qui propose des séances de thérapie sportive encadrées par des praticiens en thérapie sportive. Ces derniers ont été formés spécialement pour cela à l’Université Paris 13 (diplôme universitaire « Sport et Cancer »).

Pour résumer, l’activité physique participe à améliorer la qualité de vie, à diminuer la douleur et à reprendre confiance en votre corps quand vous subissez des traitements lourds. Et aussi à forger un mental d’acier pour surmonter les épreuves. 

>>>> À ce sujet, je vous en dis davantage dans ma nouvelle vidéo sur ma chaîne Youtube.

La beauté pour se réapproprier son corps pendant un cancer.

Pendant un cancer, la qualité de vie est mise à rude épreuve. Les traitements ont beaucoup évolué et c’est une chance (!). Mais s’ils sont plus efficaces, ils sont aussi plus “agressifs”. Chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie, immunothérapie et thérapies ciblées provoquent de nombreux effets secondaires indésirables, notamment au niveau de la peau, des cheveux et des ongles. D’ailleurs, la majorité des patientes souffrent de sècheresse cutanée ou encore du syndrome mains-pieds qui se caractérise par des rougeurs ou des gonflements. Des réactions qui provoquent de l’inconfort et qui ont également l’inconvénient d’être visibles et d’avoir des répercussions (et on le comprend bien) sur le moral et l’estime de soi.

Mais ce n’est pas une fatalité. Il est possible de combattre ces effets indésirables sur la peau. Par exemple, il est important de porter des vêtements amples et des chaussures souples pour limiter les frottements. Il est conseillé d’éviter l’exposition au soleil ou de prendre des bains trop chauds. Il est également recommandé d’appliquer une crème hydratante régulièrement.  

À ce sujet, certaines marques, comme La Roche-Posay, se sont engagées auprès des malades pour les accompagner dans la gestion de leurs problèmes cutanés afin d’améliorer leur confort de vie au quotidien avec des soins adaptés aux peaux fragilisées. L’enjeu : hydrater, apaiser mais également estomper les signes de la fatigue ou les stigmates d’un traitement.

On sait tous combien le reflet dans le miroir a son importance. Et il existe de nombreuses astuces pour masquer la fatigue. Notamment avec le maquillage. Alors il ne s’agit pas de se cacher. Simplement de soigner son teint, d’apprendre à travailler l’effet bonne mine ou à redessiner ses sourcils. En effet, ce sont des gestes forts et des rituels de beauté qui contribuent à se sentir mieux et à avoir une meilleure estime de soi. Et puis prendre soin de sa peau et de ses cheveux, étaler une crème sur son visage ou encore se masser, c’est aussi une façon de se réapproprier son corps par le toucher.

Je vous recommande ce tutoriel maquillage didactique, réalisé avec la complicité de Julie du blog Feminity & JY,  que vous pouvez découvrir en cliquant ICI.

De nombreuses associations sont actives auprès des malades. Parmi elles, Fake Hair don’t care. Cette dernière se charge de collecter des dons de cheveux pour confectionner des perruques accessibles en terme de prix. Pour que chaque femme, quel que soit son niveau de vie, puisse accéder à la beauté.

Jamais seules face au cancer !

Plus que tout, faites-vous accompagner, dialoguez et parlez de vos maux mais aussi de vos victoires. N’ayez pas peur de rejoindre des groupes de paroles ou de demander de l’aide auprès de votre centre de soins.

Et puis cet article est aussi une façon pour moi de vous dire que je pense à vous. Je n’imagine même pas à quel point il est difficile d’être confronté du jour au lendemain à un cancer. Mais j’avais envie de vous témoigner mon admiration et vous dire qu’il existe des milliers d’initiatives partout en France. Elles oeuvrent pour vous aider à être moins fatiguées et déprimées. De quoi retrouver de la vaillance autant que possible.

Cette année, par exemple, le laboratoire Amgen et l’AFSOS viennent à à la rencontre des publics. Depuis le 12 février dernier et jusqu’au 20 juin 2019, le minibus SUPPORTERS sillonne la France et s’arrête dans près de 60 établissements. À son bord, des spécialistes venus parler des ces soins annexes, pour échanger avec les patients. Une campagne de sensibilisation nécessaire. Surtout quand on sait que sept Français sur dix n’ont jamais entendu parler des soins oncologiques de support.

J’espère que cet article vous aura permis d’y voir plus clair. Pour avoir des informations complémentaires, n’hésitez pas à vous diriger vers les organismes cités. Et puis, les filles, sentez-vous libres de laisser un mot pour donner du courage à toutes celles qui en ont besoin.

A bientôt !


Commentaires
  • Perrine
    4 avril 2019 à 15:54

    Je suis enseignante en Activités Physiques Adaptées au CHU de Rennes et ça fait maintenant 8 ans que je m’occupe de personnes atteintes de Cancer.

    Répondre
    Annuler

    • Team LW
      6 avril 2019 à 09:08

      Bravo pour ton travail et merci pour ton témoignage. A bientôt !

      Répondre
      Annuler

  • Marie
    4 avril 2019 à 10:39

    Merci Lucile pour cet article complet. Je sors de 9 mois de traitements (chimio, chirurgie, radiothérapie) et je ne peux qu’être reconnaissante du personnel de soin qui m’a informée des soins de support que tu évoques ici. Je confirme que les produits de La Roche Posay sont très bien ainsi que ceux d’Avène (même labo selon ma pharmacienne) et de la marque Même pour les ongles et les cheveux notamment.

    J’ai aussi bénéficié des conseils d’esthéticiennes pour la peau, les cheveux et le maquillage, et d’un accompagnement sportif par des kinés et une association qui organise des cours de fitness, renfo, running, zumba aquagym pour les personnes en traitement et en rémission. J’ai appris que l’hôpital dans lequel j’ai été traitée propose aussi maintenant les services de réflexologie et de nutrition, ce que je trouve super, eh oui, car beaucoup de chimiothérapies font grossir (rétention d’eau, etc.).

    Last but not least, un suivi psychologique me semble indispensable pour les patients et leurs proches, même si le moral ne va pas trop mal, tout simplement pour comprendre ce qui se passe en nous : les effets du choc traumatique, des étapes que nous allons devoir franchir, les réactions que l’on peut avoir ou celles des autres. La psychologue m’avait même dit que la meilleure solution pour que le cerveau reprenne le dessus après le choc, c’est de faire du SPORT et des activités dédiées au mental telles que la relaxation et le yoga.

    Répondre
    Annuler

    • Team LW
      6 avril 2019 à 09:12

      Hello Marie ! Merci à toi pour ton message, ton témoignage et toutes les précisions que tu apportes. Prends soin de toi. A bientôt !

      Répondre
      Annuler

  • Agnes
    3 avril 2019 à 17:12

    Et plus que tout, je préconise le magasine et association Rose Up et tout le réseau qu’ils ont su tisser autour des malades et de leurs proches. Il existe d’autres marques de cosmétiques spécifiquement élaborée pour les personnes en traitement ou après traitement du cancer (les effets durent des années) :la marque MÊME et OZALYS. Merci Lucile de votre bienveillance. Agnès, en rémission.

    Répondre
    Annuler

    • Team LW
      6 avril 2019 à 09:18

      Bonjour Agnès, merci à vous pour votre message et le partage de marques pour les lectrices. Prenez soin de vous. A bientôt !

      Répondre
      Annuler


Derniers articles