Nutrition

TOP 5 des idées reçues sur les végétariens.

Partager l'article

Hey ! Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez certainement que je suis végétarienne depuis plusieurs années. Pour faire simple, je ne mange ni viande, ni poisson, et j’ai supprimé petit à petit certains autres aliments de mon alimentation, comme le lait de vache et les yaourts. Alors j’entends déjà les mauvaises langues me demander ce qu’il me reste à manger après avoir éliminé tout ça… Mais tellement d’autres choses ! Les végétariens sont très inventifs !

Oui, je suis végétarienne, sportive et en pleine forme !

OUI, je suis végétarienne et c’est un choix que j’ai fait par convictions ! Et clairement, NON, je ne suis absolument pas carencée, du moins pas plus carencée qu’une autre personne. Mon secret ? Une assiette équilibrée, composée d’aliments complémentaires qui me donnent tout ce dont j’ai besoin au quotidien. ⁣Des fruits, des légumes, des céréales, des féculents, des légumineuses, des oléagineux, des huiles végétales et autres super aliments comme les graines de courge ou de lin !⁣ Un subtil mélange que je partage entre autres dans mes CARNET DE RECETTES VÉGÉTARIENNES . À l’intérieur, plein de conseils et d’astuces pour tordre le cou à certaines idées reçues.

D’ailleurs, voici un TOP 5 DES IDÉES REÇUES SUR LES VÉGÉTARIENS :

  1. C’est une mode.
  2. Manger végétarien, ça coûte cher.
  3. Vive les carences !
  4. Les plats végétariens manquent de goût.
  5. Les végétariens sont plus souvent malades.

1. C’est une mode.

Le végétarisme existe depuis la nuit des temps ! Il remonterait même à la Grèce Antique. C’est pour dire ! Ce qui est trompeur c’est qu’il est apparu tardivement dans la culture occidentale, notamment en Europe. En 2017, seule 4% de la population française était végétarienne contre 35% en Inde. Mais les chiffres augmentent progressivement. Et loin d’être une mode, le végétarisme est intimement lié à une prise de conscience et des convictions très personnelles. Entre la souffrance animale et les répercussions sur la planète, il faut être aveugle pour ne pas considérer les conséquences de l’élevage intensif. On parle de 3 millions d’animaux abattus chaque jour en France. Savez-vous seulement combien il faut de litres d’eau pour produire 1 kilo de viande bovine ? 15 500 litres ! Soit l’équivalent de 75 baignoires remplies à ras ! Je vous laisse imaginer…

2. Manger végétarien, ça coûte cher.

Peut-on réellement considérer que faire attention à ce que l’on mange est un luxe ? Nous sommes toutes prises par le temps et par nos obligations cependant l’alimentation est au coeur de nos vies. Et souvent il est moins coûteux et plus bénéfique de manger végétarien. Je m’explique. Manger de saison permet d’avoir accès à des produits frais et de proximité via des circuits courts. Ainsi vous faites travailler les producteurs locaux et vous limitez les transports de marchandises. Moins d’intermédiaires, moins de kilomètres et, par conséquent, moins de coûts et des produits plus frais ! Plus qualitatifs ! Logique ! Et puis, celui qui dit que manger végétarien coûte cher ne s’est pas souvent baladé dans les rayons des céréales et des légumineuses. Le sachet de lentilles ou de boulghour n’a rien de coûteux. Et c’est bourré de bonnes protéines !

3. Vive les carences !

Les protéines, parlons-en ! Pour rappel, l’être humain a seulement besoin de 10 à 15% de protéines au quotidien. Et on parle bien de protéines qui ne sont pas obligatoirement animales. Pour être en bonne santé, oubliez la côte de boeuf rosée et faites donc le plein de pois chiches ! C’est un concentré de protéines mais aussi de fer et de vitamine B9. Super pour vos globules rouges et l’oxygénation des cellules. Vous ne voyez pas comment les manger ? Transformez-les en purée ! C’est le fameux houmous (très digeste), auquel vous pouvez ajouter de la betterave pour une bonne dose d’antioxydants !  Et, surtout, ne jetez pas l’eau de cuisson ! Elle permet de remplacer les oeufs de vos préparations sucrées, par exemple.

Comme pour n’importe quel mode alimentaire, l’important est de bien doser et de tabler sur des assiettes complètes. Parce que la junk food existe aussi chez les végétariens. Eh oui, les chips, c’est veggie ! Je mise donc sur les légumineuses (les fameuses lentilles) ou encore les oléagineux (amandes, noix, pistaches non grillées, mes préférées) pour absorber toutes les protéines dont j’ai besoin. Et puis je m’oriente vers les céréales complètes (pain, pâtes, riz, etc.) pour consommer mes 70% de glucides complexes quotidiens. Perso, je raffole de quinoa. Je fais des grandes portions le week-end pour en avoir toute la semaine en base de mon bol alimentaire. Pratique, économique et gourmand ! Parce que oui, une assiette végétarienne est tout sauf insipide.

4. Les plats végétariens manquent de goût !

L’avantage des recettes végétariennes c’est qu’elles se composent de nombreuses épices, herbes aromatiques et autres super aliments comme les graines de lin, de chia, de sésame qui apportent de la saveur à vos plats mais aussi et surtout des vertus ! Par exemple, le basilic est antibactérien, quant à la ciboulette, riche en vitamine B et en fer, elle booste l’énergie !

Et je ne vous parle pas du curcuma. Cet ingrédient miracle est à saupoudrer sur tous vos plats, ou à manger frais en jus. Il est connu pour lutter contre le vieillissement des cellules et aide à la digestion. Sans compter les graines de courges ! Elles sont super pour faire le plein de calcium et aident à l’endormissement. Pour moi qui ai connu des troubles du sommeil (à lire dans cet article), les pistaches et les graines de courges font désormais partie des indispensables de ma cuisine.

Dernière pépites de mes super aliments :  la spiruline. Une algue riche en fer et en protéine. Elle est une alliée de poids pour les sportifs. Elle est disponible en pharmacie, en poudre ou en paillettes. Pratique pour l’ajouter à vos petits déjeuners ou déjeuners ! Alors attention, je parle bien 100% spiruline et non pas de compléments alimentaires ou autres produits minceur qui pourraient en contenir. C’est important de le préciser.


5. Les végétariens sont plus souvent malades et plus faibles.

Dites ça à l’athlète Carl Lewis, au boxeur Mike Tyson, à l’ultra runner Rich Roll, ou encore au marathonien Brendan Brazier (désormais vegan). Ce sont tous des athlètes de haut niveau qui n’ont jamais eu besoin de manger une côte de boeuf de 500 grammes par jour pour boxer, courir ou entretenir leur masse musculaire. Alors on pose sa fourchette deux minutes et on réfléchit au vrai sens des choses. Non, nous n’avons pas besoin de consommer de la viande et du poisson pour être en bonne santé. Et non les végétariens ne sont pas plus malades ou amoindris que les autres. Et leur métabolisme est tout aussi performant, voire meilleur.

Alors qu’on soit d’accord, il ne s’agit pas de faire la leçon aux omnivores. Il s’agit plutôt d’arrêter les idées reçues sur les végétariens et de sensibiliser les mangeurs de protéines animales aux conséquences d’une consommation excessive. Et puis, pourquoi ne pas tenter le flexitarisme ? Dans une de mes vidéos où je vous explique mes raisons d’être végétarienne, je précise également l’importance d’y aller progressivement pour ne pas “agresser” l’organisme.

En réalité, les choses se font assez naturellement et sereinement. Surtout si vous le faites en pleine conscience et que vous connaissez les raisons qui vous motivent à le faire. Que ce soit pour sa santé, pour la cause animale ou encore pour limiter votre empreinte carbone. D’ailleurs, dites-moi en commentaire ce que vous pensez du végétarisme et si vous l’êtes vous aussi.

Retrouvez ma vidéo Comment composer une assiettes végétarienne équilibrée ici !


Commentaires
  • marie
    26 avril 2019 à 09:42

    Bonjour Lucile,
    comment faire le bon choix pour la santé entre blender ou centrifugeuse pour faire du jus , car j’aimerai investir dans une machine
    Je te remercie

    Répondre
    Annuler

  • Lakshmi
    20 avril 2019 à 15:47

    Bonjour Lucile,
    je te remercie pour ce message plein de bienveillance.
    Je te suis depuis plusieurs années. Maman de 2 « Gremlins », sportive (marathonnienne depuis le 14/04), travaillant à temps plein, j’adore ton pragmatisme et cette philosophie de vie que tu transmets par ton blog, tes vidéos…

    Je suis née dans une famille multiethnique avec des personnes qui avaient tous des régimes alimentaires différents : carnivore, végétarien, végétalien, sans porc et ni boeuf… certains même ne mangeant pas de plantes poussant sous terre. Nous avons toujours réussi à manger ensemble sans aucune prise de tête. Les féculents, les légumes et les viandes sont cuisinés à part. On respecte de ne pas utiliser les couverts ayant touché de la viande pour toucher les aliments végétariens.
    J’ai change de régime alimentaire plusieurs fois dans ma vie : sans porc, ni boeuf, totalement carnivore, végétarien… Maintenant, je suis végétarienne depuis plus de la moitié de ma vie. Mon frère et une de mes soeurs le sont aussi. Mon autre soeur ne mange pas d’oeuf en plus de la viande et du poisson. Ma mère était végétarienne depuis plus de 30 ans et vegan depuis quelques semaines.
    Mon mari et ma belle famille est carnivore. Mes enfants (3 et 7 ans) n’ont pas de régime alimentaire imposé (je leur impose juste légume et féculent ;-)). Ils savent que chez Mamie (ma mère), il n’y a pas de viande mais du tofu et des steacks de soja et chez Papy (mon beau père), ils pourront en manger. La tolérance et la diversité s’apprend tout petit.

    Cette idéologie, j’essaie de la transmettre dans la vie de tous les jours… que ce soit lorsque je ramène ma lunchbox au self (je travaille dans le Gers, au pays du foie gras), lorsque l’on invite des gens à la maison… Et, ça se passe plutôt bien. Il y aura toujours de gens qui ne comprendront pas cette démarche mais ce n’est pas grave. Je préfère retenir les 75% des gens avec qui l’on pourra échanger sur nos pratiques culinaires, par ex. sur le chutney que mes collègues vont préparer avec leur foie gras!
    Petite anecdote : le repas de notre mariage était végétarien sur décision de mon mari. Ce fut une réussite. Le lendemain, on avait prévu le brunch avec de la charcuterie pour les quelques  » viandards » qui ont fait un syndrome de sevrage au repas sans viande et sans poisson de la veille!

    Bien à toi,

    Répondre
    Annuler

    • Lucile Woodward
      23 avril 2019 à 10:50

      Hello, merci pour ton super témoignage. C’est canon tout ça ! Tes enfants suivront peut-être du coup… 😉 Bises et à bientôt, Lucile

      Répondre
      Annuler

  • Capucine
    20 avril 2019 à 09:18

    Je suis parfaitement d’accord avec tout ce que tu dis plus haut!! Pas grande consommatrice de viande et poisson (max max 2x/semaine, or œufs), je ne pense pas que je m’arrêterai complètement, j’aime trop le goût. Je pense d’ailleurs que c’est ma flemme de cuisiner le soir, et la facilité pour les déj au bureau, qui me fait manger végétarien le plus souvent! Je me suis par ailleurs rendue compte il y a déjà qq années que les nuits suivant un dîner avec viande ou poisson, je dors moins bien. Alors bon ben c’est vite choisi! Et de plus en plus d’études montrent que moins on mange de protéines animales, plus on mange varié et donc équilibré, et aussi moins on s’expose aux maladies dégénératives (Alzheimer, Parkinson…) et cardiaques. Pharmacienne de formation, je fais donc ce que je peux pour les éviter!
    Un grand merci de m’avoir fait découvrir l’halloumi grillé 🙏🏼🙏🏼 ça change tout dans mes salades 5minutes du soir!! Habitant en Irlande, les bons fromages de chèvre sont difficiles à trouver, alors c’est une bonne alternative 😉

    Répondre
    Annuler

  • Marie
    20 avril 2019 à 07:46

    Bonjour Lucie , le carnet de recettes à 19€ ,est ce les même recettes qu’on retrouve dans le pack « révéler votre corps d’été???

    Répondre
    Annuler

    • Lucile Woodward
      23 avril 2019 à 10:42

      Hello Marie, ce sont de nouvelles recettes 😉 Avec des fruits et légumes de saison + des conseils pour adopter, si tu le souhaites, une alimentation végétarienne. Bises, Lucile

      Répondre
      Annuler

  • Lucie Caranjot
    20 avril 2019 à 02:28

    Hello Lucile,
    Je suis flexitarienne personnellement. Je dois manger de la viande une ou deux fois par mois ! Ma motivation est principalement écologique, mais également diététique. Je ne revendique devant personne le fait d’être végétarienne, de toute façon, personne ne le remarque si on ne le dit pas. Ça ne choque personne aujourd’hui de voir une assiette sans viande.

    Très bel article, cependant, la Grecque Antique n’existe pas 😉

    Répondre
    Annuler

    • Lucile Woodward
      23 avril 2019 à 10:41

      Hello Lucie, oups ! Faute d’inattention ! Merci ! Et merci pour ton message ! C’est une belle motivation ça 😉 Bises, Lucile

      Répondre
      Annuler

  • Corinne
    19 avril 2019 à 16:22

    Bonjour Lucile,

    Je suis flexytarienne.
    Ma fille était végétalienne pendant quelques années, elle prenait et prend des complants en vitamines B12. Cela n’a pas empêché une carence sévère en B12 … apparemment un souci d’absorption.

    Vous dites « La ciboulette, riche en B12 … » , pouvez-vous nous partager vos sources, je ne trouve rien à ce sujet…

    Merci d’avance.

    Répondre
    Annuler

    • Team LW
      23 avril 2019 à 11:55

      Hello Corinne, en fait la ciboulette est riche en vitamines B ;). Petite faute de frappe. Belle journée !

      Répondre
      Annuler


Derniers articles