Arrêter de fumer, comment votre pharmacien peut vous aider !

Alors que je vais bientôt fêter mes 3 ans sans avoir fumé une seule cigarette !!! J’avais envie de revenir sur l’arrêt du tabac. Un sujet crucial, et si difficile !! 

J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec Noémie Guillemard, pharmacienne du réseau Pharmactiv, formée à l’aide au sevrage tabagique. C’est vrai, on n’y pense pas assez mais il y a beaucoup de dispositifs pour aider à l’arrêt de la cigarette en pharmacie, donc prendre de vrais conseils chez son pharmacien dans une démarche de sevrage tabagique : ça peut totalement faire la différence.

Beaucoup de pharmaciens sont formés pour accompagner les personnes motivées dans leur volonté d’en finir avec le tabac.

C’est le cas dans les pharmacies Pharmactiv – notre partenaire depuis quelques mois – où le réseau met à disposition de ses adhérents une série de supports pour aider leurs patients à venir à bout de cette dépendance.

Frein #1 : arrêt du tabac et prise de poids

Le plus dur quand on arrête de fumer, c’est la peur de ne pas y arriver ! De replonger parce qu’on n’aura pas la force de dire non à l’envie de fumer. La peur de prendre du poids est également très présente. D’ailleurs tout le mois de Mai 2022, j’avais produit des vidéos pour aider les candidats à l’arrêt du tabac, à ne pas prendre de poids. Au programme :

  • Du sport ;
  • Du grignotage healthy ;
  • Des pensées permanentes !
arrêter la cigarette

Conseil #1 : se faire aider par des professionnels

Quand vous demandez conseil à votre pharmacien, il peut vous proposer un rendez-vous de 20 minutes pour aborder tout votre contexte, et comprendre comment vous avez besoin d’être aidé. C’est aussi le moment de réfléchir et parler de votre motivation :

  • Avez-vous déjà vu un tabacologue ?
  • Par quel moyen ?
  • Quelles sont vos motivations à arrêter ?

Souvent on vous fera le test de Feizer Straum, pour évaluer votre dépendance à la cigarette. 

Le fait d’être aidé par un professionnel de santé, améliore vos chances de réussite. Médecin, pharmacien, tabacologue : c’est vous qui choisissez.  

« Ça fait une motivation, ça donne un rythme” ajoute Noémie Guillemard, une pharmacienne spécialisée sur le sujet. 

Les rendez-vous en pharmacies sont plus faciles à obtenir, moins d’attente et ils sont gratuits.

N’hésitez pas à demander un entretien tabac. Vous pourrez, après cet entretien, voir votre pharmacien tous les mois pour faire le point sur votre progression, sur votre motivation.

À ce titre, je vous rappelle que ce n’est pas la quantité de cigarettes fumées qui fait la dangerosité, mais la longueur dans le temps, pendant laquelle vous avez fumé. 

Frein #2 : prix des substituts nicotiniques

Il ne faut pas hésiter à prendre en compte votre entourage quand vous demandez conseils. Car les personnes autour de vous peuvent être un soutien ou au contraire une source de tentation… Et ne pas hésiter à y aller progressivement surtout si vous êtes un(e) fumeur(euse) de longue date.

Conseil #2 : prenez le temps qu’il vous faut pour arrêter grâce aux substituts adaptés !

Les substituts nicotiniques peuvent être pris en même temps que l’on continue de fumer de moins en moins de cigarette par jour / par semaine. Parce que, de l’expérience des pharmaciens, le risque en diminuant trop vite, trop tôt les doses de nicotine, c’est de reprendre la cigarette dès que l’on va être dans un moment difficile. 

Et ne dites pas que ça coûte cher !!

Vous ne le savez peut-être pas mais les substituts nicotiniques sont remboursés si vous vous les faites prescrire par votre médecin traitant.

Ils coûtent 24€ la boîte de 28 patchs (pour 1 mois de traitement), donc bien moins cher que les 10€ ou plus d’un paquet de cigarette par jour… Soit plus de 300€ sur un mois !! 

Alors quel est le meilleur substitut pour arrêter de fumer ? Les études montrent que les patchs, combinés avec les formes orales (gommes, comprimés, inhalateur) fonctionnent le mieux. Plus on combine de substituts plus on a de chances de réussir.

Frein #3 : la “pression sociale” du fumeur

coment arrêter de fumer

Noémie Guillemard,  pharmacienne à l’Ile Saint Germain, constate que les personnes les plus à même d’avoir envie d’arrêter de fumer ont entre 40 et 50 ans.

« Ce sont des personnes plus posées au niveau du travail, moins stressées, elles ont souvent moins de pression sociale à leur âge, moins de soirées aussi !! »

Et oui, ces fameuses soirées où tu t’enfiles 1/2 paquet facile… Je connais bien puisque j’étais une fumeuse occasionnelle, je ne fumais qu’en soirées. Mais je fumais pas mal… 

« Les jeunes c’est plus compliqué, soupire la pharmacienne, ils voient moins de bénéfices directs. Se sentent invincibles. »

Conseil #3 : stop à la pression sociale et trouvez-vous d’autres activités !

Les plus de 40 ans arrêtent de fumer pour leur santé, parce qu’ils toussent, et qu’au détour d’une consultation, le déclic se fait enfin.

Le secret pour réussir à s’arrêter c’est de changer ses habitudes !

Votre routine du matin c’est la douche, le café et la cigarette ? Et bien désormais ce sera l’inverse, en commençant par un petit déjeuner ou pourquoi pas une séance de sport. 


Car tous vos petits efforts seront bons pour votre corps : 10 min par jour de sport seulement amélioreront nettement votre hygiène de vie ! Et c’est à peine le temps d’1,5 cigarettes donc ne me dites pas que vous n’avez pas le temps. 

Les pharmaciens, nouveau pilier d’aide à l’arrêt du tabac

On ne le dit encore jamais assez :

Fumer tue, et diminue la qualité de vie.

Le plus important, c’est d’arrêter de fumer. Souvent dans la communauté Body By Lucile, quand l’un(e) d’entre vous parle d’arrêter de fumer, je dis toujours que c’est un beau cadeau. C’est le plus beau cadeau que l’on puisse se faire.

La prise de poids : ce n’est pas automatique et ce n’est pas grave. Le sport et le rééquilibrage alimentaire seront toujours vos alliés.

Donc voilà encore un nouveau pilier pour vous aider à arrêter le tabac : les pharmaciens et leurs entretiens tabac.

D’ailleurs, Noémie a récemment fait sa thèse de pharmacienne sur le sevrage tabagique en officine. Elle a trouvé dans cette prise en charge un sens supplémentaire à l‘exercice de son métier !

« Les patients sont très contents qu’on les aide, ils voient le pharmacien autrement, comme un accompagnateur, ça solidifie notre relation je trouve ! »

Et vous, est-ce que vous êtes concernés par la cigarette ? Régulière, sociale, occasionnelle ? C’est dur d’arrêter de fumer et ça n’est pas un long fleuve tranquille. Les entretiens tabac sont d’ailleurs proposés dans les pharmacies Pharmactiv.

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *