Scoliose : apparition, solutions, douleurs et explications

Nous connaissons tous une personne qui souffre de scoliose. Maladie touchant toutes tranches d’âges, nous allons vous en dire un peu plus sur les causes et les symptômes de cette pathologie. Agir sur sa scoliose légère semble indispensable afin qu’elle ne s’aggrave pas au fil du temps.

La pratique régulière et adaptée de l’activité physique se place au cœur du protocole de rééducation, mais aussi pour soulager les douleurs au quotidien. La scoliose chez l’enfant peut se diagnostiquer et se traiter plus facilement, d’où l’importance d’en avoir conscience rapidement afin de faciliter la croissance du corps jusqu’à l’âge adulte.

Comment définir une scoliose ?

La scoliose peut se définir comme une déviation permanente du rachis ou de la colonne vertébrale. Cette maladie vient d’une rotation des vertèbres. Elle survient dans la plupart des cas durant l’enfance,s’accélère avec le pic de croissance à l’adolescence. Si elle n’est pas traitée, elle peut perdurer à l’âge adulte et s’aggraver très fortement chez les personnes âgées.

Attention à ne pas confondre la scoliose et l’attitude scoliotique. La différence entre les deux réside dans le fait que cette dernière présente une déviation réductible car on ne retrouve pas de rotation de vertèbres.

exemple attitude scoliotique posture

L’attitude scoliotique peut provenir :

  • d’un bassin déséquilibré lié à de mauvaises postures ;
  • d’une différence de longueurs entre les membres inférieurs.

Pour réduire ce phénomène, la rééducation combinée à des semelles orthopédiques aideront à traiter la cause de ces mauvaises postures et a éviter des futures douleurs en bas du dos. Non traité, elle peut entrainer des lumbago ainsi que des sciatiques par le mauvais placement du bassin avec la compression des nerfs.

Pour savoir si vous avez une scoliose dorso-lombaire, la radiographie est obligatoire après un premier bilan avec votre médecin. Son primo-diagnostic doit être confirmé avec l’aide de l’imagerie.

Où se situe une scoliose ?

La colonne vertébrale se divise en trois pans allant du bassin jusqu’à la tête.

  1. Le premier se situe au niveau de la région lombaire, il est composé de cinq vertèbres lombaires ;
  2. Le second rassemble les douze vertèbres thoraciques ;
  3. Enfin le troisième contient les sept vertèbres cervicales.

Elles s’articulent toutes entre elles grâce aux muscles paravertébraux. Leur manque de mobilité fait partie des causes qui permettent l’apparition de la scoliose.

On a vu au préalable que cette affection est une déformation du rachis dans les trois plans de l’espace ; frontal (de la droite vers la gauche), sagittal (vers l’avant ou l’arrière) et transversal.

Elle peut se situer sur le rachis dorso-lombaire on parle dans ce cas de scoliose dorso-lombaire. Mais on oublie souvent qu’elle apparaît aussi au niveau des cervicales, on parle de scoliose cervicale. Dans les deux cas, il faut agir pour limiter les effets de cette maladie.

Quels sont les symptômes d’une scoliose ?

Vous vous posez certainement la question : comment savoir si on a une scoliose ?

Tout d’abord en vérifiant si on a des symptômes, puis en demandant un avis médical.

Les premiers symptômes de la scoliose du dos apparaissent avec des douleurs dorsales et des lombalgies. En effet, votre colonne vertébrale, qui n’est pas droite, va entraîner des tensions musculaires dans le dos. C’est le signal principal de cette pathologie.

exemple scoliose desequilibre epaules symptomes

Visuellement, en observant la ligne d’épaule, vous pouvez voir un déséquilibre.

Dès lors que vous observez une épaule plus basse que l’autre, consultez votre médecin traitant.

De même pour une hanche plus haute que l’autre.

D’un point de vue médical votre médecin va rechercher la présence d’une gibbosité. Il s’agit d’une bosse et/ou déformation dans le dos due à la déviation de la colonne vertébrale.

Elle s’observe nettement lors du test que votre spécialiste va réaliser. Il vous demandera d’exercer une flexion du buste avec enroulement des épaules à partir de la position debout. Et là pas de place au hasard, si il y a une gibbosité elle ressortira avec l’arrondi d’une bosse.

Pour savoir si vous avez une scoliose dorso-lombaire ou une attitude scoliotique, la radiographie est obligatoire après un premier bilan médical.

En ce qui concerne la scoliose cervicale les symptômes sont un peu différents. On observe plutôt des maux de tête, des douleurs dans les bras et les épaules.

Dans tous les cas, un bilan régulier chez votre médecin est essentiel pour vérifier la présence ou non de la scoliose.

La scoliose chez l’enfant et l’adolescent

La scoliose lombaire est la maladie la plus répandue des 8-15 ans, elle touche 2% des enfants de cette tranche d’âge. On se souvient tous du discours de nos parents quand nous étions ados :

  • “tiens toi droit” ;
  • “décroise les jambes” ;
  • “porte ton cartable sur tes deux épaules”.

Et bien… Ils avaient raison ! Et oui c’est difficile à avouer, mais c’était pour notre bien être, et notre santé.

Causes de la scoliose chez l’enfant & adolescent

Chez l’enfant on distingue deux types de scoliose du dos.

Scoliose idiopathique

La scoliose idiopathique apparaît vers 8 ans puis augmente pendant la croissance. Cette dernière est plutôt lente avant la puberté mais se développe rapidement pendant. Avec le développement de la taille des os et donc des déséquilibres et déviations, la scoliose s’accélère ! Elle concerne 70 à 80% des scolioses.

Les sports asymétriques (sports de raquettes), les mauvaises postures comme le port du cartable sur une épaule font partie des principales causes d’apparitions. Ce n’est pas tout puisque les mauvaises postures à l’école face au bureau, ou à la maison sur le canapé accentuent et accélèrent le développement de la scoliose.

Même si aucune étude ne le prouve actuellement, le facteur héréditaire jouerait un rôle dans son apparition.

Il n’est pas rare de voir une famille touchée par cette maladie de génération en génération.Il n’est pas rare de voir une famille touchée par cette maladie de génération en génération.

Alors phénomène génétique ou simple acte manqué visuel qui se répète ? Dans tous les cas, il ne faut pas négliger cette maladie.

Scoliose secondaire

La scoliose secondaire survient suite à une maladie neuromusculaire ou congénitale. On la retrouve plus rarement chez l’enfant. Pour les deux types de pathologies les solutions et traitements se rapprochent.

Solutions pour l’enfant & adolescent

La scoliose nécessite un traitement pour réduire son évolution et les problèmes qui en découlent. Au quotidien, faites pratiquer à votre enfant une activité physique et si possible non asymétrique, ou du moins pas uniquement asymétrique.

Les sports à privilégier et a éviter

Pour travailler l’extension de la colonne, la natation semble le sport idéal. De plus, elle développe la masse musculaire du rachis. L’escalade aidera votre enfant à se muscler le dos surtout sur la partie supérieure tout en travaillant la mobilité. Certains sports pour le dos sont plus interessants que d’autres.

Évitez au maximum les sports de raquettes, qui par leur asymétrie vont augmenter les déséquilibres musculaires et dévier la ligne d’épaule. D’autres sports peuvent aussi aider à lutter contre la scoliose, comme l’aviron ou le canoë-kayak.

La prise de conscience des postures

Combiné au sport, la prise de conscience des bonnes postures, assises, debout et allongé deviennent indispensables. Par contre, ce n’est pas évident à mettre en place avec les adolescents qui portent déjà le poids du monde sur leurs épaules, et qui sont peut-être dans une période de contradiction avec les parents. Il vous faudra vous armer de patience pour les faire changer de posture.

La kinésithérapie

Si la combinaison du sport et de la prise de conscience ne fonctionne pas, la kinésithérapie doit être mise en place. Le kinésithérapeute programme des exercices de renforcement et d’étirements de la colonne vertébrale. Une seule séance par semaine peut ralentir le développement de la scoliose, hélas trop peu pour la corriger.

Votre enfant peut aussi faire une séance complémentaire à la maison de renforcement et d’étirements.

Le corset

Si malgré tous ces efforts la scoliose continue de se développer, le port d’un corset 24h/24h sera nécessaire. Mais pour cela il faut que les os des vertèbres soient arrivés à maturité. Ce type de traitement devient très contraignant surtout à l’adolescence, avec en plus des problèmes d’estime de soi.

L’intervention chirurgicale

Enfin, si la courbure s’aggrave et dépasse 35° malgré le port du corset, l’intervention chirurgicale est possible. Mais attention, l’opération est très lourde et non sans conséquence, nécessitant une longue rééducation.

Rassurez-vous, si la scoliose est prise en charge très rapidement et avec sérieux, vous donnez à vos enfants toutes les chances d’éviter cette opération.

La scoliose chez l’adulte

Cette pathologie touche aussi bien les enfants que les adultes. Si les symptômes se ressemblent, il semble plus complexe de la corriger à cet âge.

Causes de la scoliose chez l’adulte

Vivre avec une scoliose à l’âge adulten’est pas chose facile. Suivant le degré d’évolution, les douleurs peuvent être handicapantes au quotidien. Et là on peut dire stop au bricolage, jardinage ou autres activités qui nécessitent de se mouvoir dans tous les sens.

On observe trois types de scoliose chez l’adulte :

  • la scoliose idiopathique : apparue durant l’enfance, non ou mal prise en charge, et qui continuera à se développer et à s’aggraver.
  • la scoliose secondaire : comme chez l’enfant, est due à une maladie neuromusculaire ou osseuse. Exemple : l’ostéoporose peut causer une scoliose.
  • la scoliose de novo : de plus en plus fréquente en raison de l’augmentation de l’espérance de vie. Cette maladie provient d’une dégénérescence des disques intervertébraux liés à la vieillesse.

Le suivi médical régulier est important même si vous n’avez pas de scoliose pour éviter son apparition. Mais aussi et surtout si vous avez développé une scoliose pendant votre enfance pour surveiller son évolution.

Solutions pour la scoliose de l’adulte

Vous vous demandez sûrement comment soigner une scoliose ? Malheureusement,il n’est pas possible de guérir de cette pathologie par traitement médical. L’activité physique régulière semble indispensable pour freiner et essayer de redresser sa colonne vertébrale.

Se faire accompagner

Pour cela, le développement en parallèle de la force et de la souplesse est primordial. Faites vous accompagner par des kinésithérapeutes ou des coachs sportifs. Le suivi peut s’effectuer en face à face où avec des programmes à distance.

La mobilité et la souplesse

Le Yoga et le stretching vous aident à retrouver la mobilité et la souplesse du tronc. Entre chaque disque vertébral, on retrouve des petits muscles qui articulent les vertèbres. Ils ont besoin d’être allongés et mobilisés. L’alternance de postures passives, combinées avec des étirements dynamiques, le tout régulé par une respiration bien cadencée sera la combinaison parfaite pour mieux bouger.

Le renforcement musculaire

Le renforcement musculaire et le pilates permettent de renforcer les muscles posturaux et pourront redresser la colonne vertébrale pas droite. L’utilisation de petit matériel comme des sangles ou des élastiques vous aideront à retrouver un dos droit et fixe. Ne négligez pas la stimulation de la sangle abdominale afin d’obtenir un corps gainé et solide.

Pour soulager la scoliose vous devez bouger et vous muscler.

renforcement musculaire solution scoliose

Prendre soin de son corps, c’est la base pour ralentir ou réduire la scoliose ! Nous n’avons qu’un corps, il faut le garder en forme le plus longtemps possible.

Si malgré tous vos efforts les douleurs persistent, il faudra vous faire à l’idée de porter un corset. Certains médecins proposent des infiltrations chez les patients âgés pour réduire les inflammations et douleurs. La solution extrême passe par une opération afin de libérer les racines nerveuses ou pour réaliser un blocage définitif d’une grande partie du dos.

Dans les deux cas les conséquences et risques ne sont pas anodins. Alors ça vaut peut être le coup de pratiquer une activité physique régulière, non ?

Prévention contre la scoliose

Afin de réduire les risques d’apparition et de développement de la scoliose il est important de bien respecter les points suivants :

  • Dépistage précoce : prenez un rendez-vous au moins une fois par an pour réaliser un bilan avec votre médecin traitant. Et ce dès le plus jeune âge, on a vu qu’une scoliose mal soignée peut avoir des conséquences négatives à l’âge adulte.
  • Sport : pratiquez des activités physiques de renforcement, d’étirements qui permettent une extension du dos. Exemple : pilates, natation, renforcement avec sangle, yoga. Au minimum deux fois par semaine.
  • Ostéopathie : faites un bilan une à deux fois par an avec un ostéopathe afin de corriger les éventuelles déviations du bassin.
  • Podologie : l’utilisation de semelles orthopédiques semble indispensable en cas d’une grande différence de longueurs entre les membres inférieurs.
  • Adopter les bonnes postures assises : lorsque vous êtes face à votre bureau, tenez-vous droit, les pieds espacés et ancrés au sol. Adaptez la hauteur de votre PC au bureau.
  • Adoptez les bonnes postures debout : tenez-vous en appui sur vos deux jambes, bien ancrées dans le sol sans les croiser. Regardez loin devant, tout en reculant vos épaules en arrière même quand vous utilisez votre smartphone.

En mettant en place ces différents protocoles de prévention, vous réduisez le risque de développement et d’apparition de la scoliose. L’utilisation accrue des téléphones portables et notre vie de plus en plus sédentaire accentuent le risque d’apparition de gibbosité Alors on bouge et on prend conscience des bonnes postures au quotidien !

Ne prenez pas à la légère cette maladie, qu’elle vous touche vous, votre enfant ou vos parents. Il existe des solutions pour vivre avec sa scoliose.

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.