Les symptomes d’une sciatique, les solutions et les traitements

Vous avez mal au dos ? Dans la fesse ou l’arrière de la jambe, c’est peut -être une sciatique. Une compression du nerf sciatique – rarement grave – qui traduit souvent une mauvaise posture, un manque de sport, d’étirement et de renforcement musculaire. Si vous savez déjà ce qu’est une sciatique, et d’où elle provient vous pouvez aller directement aux exercices pour la soulager en cliquant ici.

C’est quoi une sciatique ?

Lorsqu’on parle de sciatique, on parle plus précisément d’une douleur (ou névralgie) du nerf sciatique. Elle représente des douleurs en bas du dos qui partent de la fesse jusqu’à la jambe voir, jusqu’au pied.

Cette sensation est, à 90 % des cas, due à une pression du nerf sciatique par une hernie discale. Généralement, elle touche un seul côté du corps.

À ne pas confondre avec une lombalgie (ou tour de reins) qui représente une douleur qui irradie le bas du dos et peut descendre jusqu’aux fesses (mais pas jusqu’en bas des jambes sinon on parle de lombosciatique). La lombalgie est plutôt liée à un problème musculaire et si la douleur est dites aigûe on parle aussi de lumbago.

Quel est le rôle du nerf sciatique ? Où passe-t-il ?

Le nerf sciatique est très gros et surtout, il est le plus long nerf du corps humain.

Pour rappel, dans la colonne vertébrale, se trouve la moelle épinière. Via celle-ci, nous retrouvons attachés des nerfs spinaux qui ressortent via ce qu’on appelle des trous de conjugaison (espace entre deux vertèbres, derrière le disque intervertébral).

Il faut savoir aussi que les deux principales racines du nerf sciatique sont situées à la racine L5 et à la racine S1.

trajet du nerf sciatique et de la propagation de la douleur
credit : mon-osteopathe-paris

Mais, si on analyse son trajet, il a des fibres nerveuses qui proviennent de :

  • L4 (4ème lombaire de la colonne vertébrale)
  • L5 (5ème lombaire)
  • S1 (1ere sacrée qui s’articule avec le coccyx)
  • S2 (2ème sacrée)
  • S3 (3ème sacrée)

Il descend ensuite dans la jambe en passant par le fessier, la cuisse, le genou, la cheville et enfin jusqu’à plante du pied.

Ce nerf sciatique à deux rôles :

  • Nerf moteur : activation musculaire pour la flexion du genou, mais aussi de la cheville
  • Nerf sensitif : postérieur et extérieur de la jambe, mais aussi du pied

Qu’est-ce qui provoque une sciatique ?

Le site Orthosud (groupe de chirurgiens orthopédistes et neurochirurgiens) annonce que la sciatique est à 95 % due à une hernie discale lombaire qui va venir faire pression sur le nerf.

Rassurez-vous, c’est une pathologie assez courante notamment sur la tranche des 35 – 45 ans. Il y a rarement besoin d’une opération chirurgicale et elle disparaît d’elle-même.

L’ intervention chirurgicale n’est proposée que dans des cas très graves : en cas de paralysie évolutive, handicap et aggravement important.

Malgré une douleur qui peut parfois être très importante, il ne faut pas la catégoriser de “grave” tout de suite, les traitements médicaux et actions mises en place permettent de se rétablir dans la très grande majorité des cas.

Concrètement, quelles sont les causes alors ?

  • Hernie discale (plus de 9 cas sur 10)
  • Arthrose des lombaires (vieillissement)
  • Rétrécissement du canal lombaire (sténose rachidienne)
  • Glissement d’une vertèbre (spondylolisthésis)
  • Fracture vertébrale (choc violent)
  • Syndrome du piriforme (compression du nerf par le muscle piriforme)
  • Syndrome facettaire lombaire (irritation des articulations)
  • Maladie inflammatoire (inflammation musculaire, inflammation autour de la racine nerveuse…)
  • Tumeur vertébrale (extrêmement rare)

Je viens de vous lister ce qui peut provoquer une sciatique, mais à part la hernie discale intervertébrale, les autres cas représentent moins de 5 % des cas.

Le site Ameli.fr recommande un scanner ou IRM si les douleurs persistent au-delà de quelques semaines (environ 4/5 semaines), notamment si la douleur persiste après le traitement prescrit. Vous pouvez consulter un médecin bien avant afin de clarifier les symptômes, les douleurs et obtenir des ordonnances adaptées.

N’oubliez pas, le risque de réapparition est probable, notamment si vous ne faites rien pour vous en prémunir. Donc compter uniquement sur les médicaments n’est pas la meilleure idée.

Symptôme et diagnostic d’une sciatique

diagnostic de la douleur

Alors alors, quels sont les symptômes d’une sciatique ? Et bien, il peut y en avoir plusieurs en fonction de votre cas, et de si votre nerf sciatique est plus ou moins compressé. D’autant plus qu’il fait partie d’un réseau de nerfs qui forme une arborescence (complexe) qu’on appelle le plexus lombo-sacré.

Évidemment, des symptômes sont similaires pour tous, mais pour certains, ils n’apparaîtront pas et pour d’autres, ils en auront plus dû à cette complexité neurologique.

Les symptômes courants :

  • Douleur irradiante de la fesse jusque sur le long de l’arrière de la cuisse
  • Parfois une douleur jusqu’en bas de la jambe voire même le pied
  • Position assise qui amplifie la douleur
  • Risques de fourmillements / engourdissement du membre inférieur
  • Augmentation de la douleur en cas de toux ou d’éternuement
  • Possible sensation de brûlure ou d’une décharge électrique

Les symptômes qui nécessitent une prise en charge médicale rapide :

  • Fièvre
  • Incontinence (urinaire, fécale ou les deux)
  • Perte de mobilité importante des membres inférieurs
  • Douleur intense non calmée par votre traitement habituel

Il sera donc important de déceler si vous avez une forme spécifique de sciatique différente de la chronique. C’est-à-dire paralysante ou hyperalgique par exemple, car la prise en charge peut être différente.

Le test clinique de Lasègue

Si vous n’êtes pas sûr d’avoir une sciatique, vous pouvez réaliser le test clinique de Lasègue, il est simple, rapide et permet un diagnostic efficace.

Il faut être deux pour le réaliser.

  1. Le patient doit juste être sur le dos
  2. Le test se fait sur le côté de la douleur
  3. L’autre personne attrape l’arrière de la cheville et pose sa main sur le genou
  4. Il va devoir lever la jambe tout en la laissant bien tendue

Vous pouvez ainsi situez votre douleur en fonction de l’inclinaison de la jambe :

  • Positif : douleur entre 35° et 70° de flexion
  • Négatif : pas de douleur
  • Au delà de 70° : ne compte pas, d’autres structures du métabolisme sont stimulées

La douleur sciatique, où avez-vous mal ?

  • Sciatique dans la jambe ?
  • Au niveau des fessiers ?
  • Jusque dans la cuisse ?
  • Dans le dos ?

La provenance de la douleur peut donner des indications sur les vertèbres qui sont touchées et donc peut aussi aider le médecin à mieux comprendre ce qui ne va pas.

VertèbresZone de douleurSensations possibles
Discopathie L3 – L4Douleur sur la face avant de la cuisse et possiblement l’ensemble avant de la jambeFourmillements Perte de sensibilité
Discopathie L4 – L5Douleur sur la face avant de la jambe et sur le piedPerte de motricité de la pointe des pieds
Vertèbres L5, S1, S2 ou S3Douleur dans la fesse, arrière de la jambe côté extérieur du piedMoins de sensibilité notamment sur la cheville Perte de motricité possible

Il est assez risqué de définir des symptômes et douleurs spécifiques pour chaque partie du corps. On parle beaucoup de :

  • sciatique dans la jambe
  • sciatique des fessiers
  • sciatique de la cuisse

C’est vrai que ce n’est pas tout à fait pareil et d’ailleurs, les douleurs peuvent être différentes.

Mais il est encore complexe de définir spécifiquement chaque maux sachant que le ressenti et les sensations sont différentes chez deux individus.

Risques de sciatiques pendant la grossesse ?

Pendant la grossesse, les sciatiques sont assez fréquentes. Le corps change, la répartition des masses aussi, ce qui implique aussi un changement de posture. Avec le poids supplémentaire, il est évident que le corps s’adapte, et que les vertèbres du bas du dos ont des pressions supplémentaires.

Du coup, voici 5 conseils à adopter pour éviter les risques de sciatique quand on est enceinte :

  • Lorsque vous êtes assise, faites attention à votre posture et posez les pieds bien à plat
  • Pensez à soulager votre dos la nuit en mettant un coussin sous vos genoux pour qu’il ait une bonne posture
  • Évitez de vous cambrer et pliez les genoux si vous avez besoin de vous baisser (ou faites vous chouchouter en demandant à quelqu’un de le faire 😉 )
  • Pensez à faire des activités sportives qui respectent votre condition de future maman
  • Reposez-vous et faites quelques étirements pour le dos

Traitement & solution pour une sciatique

Exemple d'exercice pour soulager la sciatique rapidement

Comment débloquer ou décoincer le nerf sciatique ?

Lorsque j’entends qu’on parle de “débloquer” ou “décoincer” le nerf sciatique en moins de 60 secondes, eh bien désolé, mais ce n’est pas possible.

Par contre, réaliser les bons mouvements, plusieurs fois par jour, vont permettre de vous soulager et peuvent accélérer la disparition de la sciatique. En effet, plus on va rester immobile et plus la sciatique mettra du temps à guérir, donc il faut commencer doucement, mais régulièrement.

Quels étirements pour calmer la douleur ?

Pour soulager la douleur efficacement, il y a quelques exercices qu’on peut réaliser chez soi, à la maison. Cela permet de faire une activité physique légère qui aide à guérir plus vite.

Premier exercice : étirement de l’ischio jambiers

  1. On s’allonge sur le dos délicatement
  2. On attrape la cuisse avec les mains pour former un angle droit entre le buste et la cuisse
  3. On vérifie que la douleur ne s’intensifie pas
  4. En gardant notre angle droit, on tend doucement la jambe
  5. On la plie ensuite doucement

Pour l’amplitude, à vous de voir en fonction du ressenti des douleurs et du soulagement. Vous pouvez répéter cet exercice 10 fois et plusieurs fois par jour. Il ne faut pas que ça tremble et que cela vous empêche de respirer. Allez y en douceur.

Deuxième exercice : étirement mollets, ischios, lombaires

  1. On s’assoit sur une chaise ou un canapé (par exemple)
  2. On garde le dos droit et on place bien ses jambes à 90 degrés devant nous
  3. On tend la jambe puis on vient la replacer à 90 degrés avec une vitesse lente
  4. On vérifie que les douleurs ne s’intensifient pas
  5. On ajoute une flexion du tronc en restant dos droit lorsque la jambe n’est pas tendue

Comme l’exercice précédent, vous pouvez faire une dizaine de répétitions, ou plus si cela vous soulage vraiment. Vous pouvez répéter cela plusieurs fois par jour.

Troisième exercice : Auto grandissement et abdos profonds

  1. On se positionne à 4 pattes sur une surface plate et dure (pas un lit par exemple)
  2. On fait en sorte d’avoir le dos neutre (ni cambré, ni arrondi)
  3. On rentre le nombril vers le bas du dos sans bouger le bassin ou le dos
  4. On contracte le transverse pendant 10 secondes, on allonge la tête vers l’avant et on tire le coccyx vers l’arrière. Comme si l’on voulait grandir le dos de 3 – 4 cm.
  5. On relâche entièrement le ventre
  6. Puis on réitère l’exercice une dizaine de fois

Le muscle transverse ne devrait pas trop influer sur votre respiration, mais vous le sentirez assurément en faisant cet exercice. Vous pouvez le faire une fois le matin et une fois le soir si cela soulage votre sciatique. Et oui, les abdos pour le mal dos sont extrêmement importants !

Les solutions pour diminuer la souffrance d’une sciatique

Sport sport sport !! Je sais, en lisant ce blog vous en avez peut-être marre de lire que le sport est souvent le remède à tout. Mais en tout cas pour la sciatique : le sport régulier est le meilleur traitement et méthode de prévention !!

Si certains exercices et étirements peuvent soulager votre sciatique, d’autres méthodes peuvent vous aider à passer cette mauvaise période.

Je vous en reparle ici, l’activité physique reste importante pour soulager la douleur. Si les étirements sont efficaces, il faut aussi penser à ne pas rester allongé sur son lit.

Si c’est possible, commencez à marcher doucement, de plus en plus souvent pour faire travailler votre corps. Évidemment on évite les mouvements brusques et on adapte nos activités quotidiennes, mais il ne faut absolument pas se mettre au repos à 100 %.

Pensez donc à la marche, à la natation (si vous savez bien nager). Le vélo également : en gardant toujours cette envie de s’autograndir, gagner des centimètres de colonne vertébrale.

Certaines plantes ont des effets naturels anti-inflammatoires ou antalgiques et sont considérées comme de vrais remèdes de grand-mère pour le dos. On peut citer l’huile de marjolaine, l’huile de lavande ou encore la menthe poivrée. Cependant, il faut vérifier que certains principes actifs ne soient pas contre-productifs avec vos traitements médicamenteux.

En fonction de votre douleur, votre médecin peut vous prescrire des antalgiques comme du paracétamol (ou paracétamol codéiné) ou des anti-inflammatoires de type non stéroïdiens (AINS) dans les cas de douleurs très fortes si les antalgiques ne sont pas assez puissants.

Plus spécialisé que le kinésithérapeute, une séance d’ostéopathie va permettre de soulager rapidement la compression du nerf sciatique grâce à des techniques manuelles. Il va réduire efficacement les diverses tensions des muscles et des articulations par exemple. Il découvrira peut-être une légère courbure anormale de la colonne vertébrale qui peut faciliter l’apparition de ces soucis.

Après l’épisode de douleur de la sciatique, une séance chez le kinésithérapeute peut aider à réduire l’apparition d’une future sciatique en vous donnant des conseils sur les gestes du quotidien, comment renforcer les muscles posturaux, etc.

Dans le cadre de complications, et de symptômes vraiment importants tels que la paralysie, et si les autres solutions ont échoué, alors le recours à une chirurgie de la sciatique est possible, mais elle nécessiterait sûrement une rééducation.

Comment éviter d’avoir une sciatique dans le futur ?

C’est LA question très importante ! Parce que si on peut soulager les douleurs avec des étirements, on peut surtout éviter les risques de sciatique, c’est quand même mieux de prévenir que de guérir non ?

La réponse, c’est.. L’activité sportive et le renforcement des muscles du corps !

Aujourd’hui, la sédentarité est un vrai problème, car nous entretenons moins notre corps et on se fragilise plus vite ! Concrètement, il faut penser au sport, on peut faire de la natation, du stretching, du pilate, du yoga, mais aussi beaucoup d’autres sports !

Si vous avez déjà des douleurs en bas du dos, évitez tout de même les sports qui demandent une rotation du buste assez importante comme le golf par exemple.

Enfin vous pouvez pratiquer du sport mais en prenant conscience de votre posture qui doit être plus droite et en travaillant bien l’allongement de la colonne vertébrale et le renforcement des abdominaux pour le dos.

La ceinture abdominale, les muscles profonds et les muscles du dos doivent être sollicités afin de rester prêts à toute épreuve physique.

Pensez tout de même à bien vous échauffer avant la pratique sportive et bien vous étirer après afin d’éviter les risques de blessures. Avec ces conseils, vous pourrez prévenir de la sciatique et de nombreux autres problèmes de dos !

N’oubliez pas les étirements réguliers : des mollets, arrière de cuisse, fessiers, lombaires.

Bref : la sciatique est rarement grave, et souvent se résorbe d’elle-même en 4-5 semaines.

Mais elle est un signe d’une petite négligence de votre posture, renforcement musculaire et étirements. Donc au moindre premiers signes de sciatique, on reprend les bonnes habitudes : on se muscle, on s’étire, on grandit son dos et on bouge régulièrement !!!

Un commentaire à “Les symptomes d’une sciatique, les solutions et les traitements

  • BREYTON Corine

    Merci de cet article. Je reste méfiance sur les propositions d’étirements sans consultation médicale préalable. Et pour en avoir eue, j’ai compris surtout que c’est cette position assise trop fréquente, le dos courbé, qui est la pire, ainsi, il faut faire l’inverse (aller “en arrière” couché sur le ventre, relever le haut du corps, siège assis genoux, ballon siège, coussins dans le bas du dos, etc), exercices type Mac Kenzie. Mais surtout chaque cas est particulier et il faut voir médecin et kiné.

    Répondre

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.